Santé

Traitement de l’acné : les traitements médicamenteux locaux

Dossier - Le traitement de l'acné
DossierClassé sous :médecine , acné , bouton

Le traitement de l'acné peut être oral ou local. Antibiotiques, phytothérapie, crèmes, laser, huiles essentielles... Quels sont les différents traitements de l'acné ?

  
DossiersLe traitement de l'acné
 

Quels sont les traitements de l'acné ? Comment la prendre en charge ? Certains individus commencent par utiliser des produits pharmaceutiques en vente libre. Dans un souci d'efficacité et pour éviter le plus possible la persistance de cicatrices, le mieux est de consulter un médecin le plus tôt possible dès l'apparition des lésions. Voyons ici les traitements médicamenteux locaux de l'acné.

Il existe de nombreux traitements de l'acné. © Katielittle, Shutterstock

Le but de la prise en charge de l'acné est de traiter le problème à sa base. Il faut réduire la séborrhée, supprimer la rétention sébacée et limiter la réaction inflammatoire. Une armée de traitements existe, allant des produits à appliquer localement jusqu'aux médicaments à prendre par voie orale. Toute la réussite du traitement repose d'une part sur le médecin qui doit faire le bon choix de produits pour la bonne indication et expliquer à son patient qu'il s'agit d'un traitement contraignant, qui prend du temps et qui peut donner d'éventuels effets secondaires.

D'autre part, le patient lui-même qui doit suivre les recommandations et continuer son traitement aussi longtemps que nécessaire. D'une façon classique, deux façons de traiter s'imposent, localement sur les « boutons d'acné », ou plus généralement, par voie médicamenteuse. 

Acné : les traitements locaux

  • Rétinoïdes (Vitamine A acide topique et ses dérivés)

Les rétinoïdes agissent sur l'hyperkératose (épaississement de la couche cornée) de l'infundibulum du canal folliculaire (qui est l'orifice en forme d'entonnoir par lequel émerge le poil), ils augmentent le renouvellement des cellules épidermiques et ont à la fois un effet préventif et curatif sur l'acné rétentionnelle (comédons et microkystes). Ils débouchent les follicules pileux, permettant au traitement antibiotique topique d'y entrer et de combattre les bactéries qui s'y sont accumulées. Ils sont contrindiqués chez la femme enceinte.

  • Peroxyde de benzoyle

Réduit très vite et très nettement le nombre de Propionibacterium acnes, la bactérie responsable. Ainsi, il a un effet anti-inflammatoire par réduction de ces bactéries et a essentiellement une action sur les lésions inflammatoires. Plus accessoirement, le peroxyde de benzoyle a une action mineure sur l'hyperkératose.

  • Antibiotiques topiques (érythromycine et clindamycine)

Ils ont une action anti-inflammatoire par réduction de la population bactérienne (le P. acnes).

  • Laser

Faute d'études cliniques publiées, son utilisation n'est pas encore acceptée par tous les dermatologues et aujourd'hui non remboursée par la sécurité sociale. Le laser traverse les couches de l'épiderme et atteint les glandes sébacées. Il peut ainsi favoriser l'élimination des bactéries et réduire le sébum. On préfère en général utiliser l'arsenal thérapeutique classique. La technique du laser est détaillée plus loin dans ce dossier.

  • Antiandrogènes topiques

Ils ont une activité très modeste par réduction insignifiante de la séborrhée.

  • Acide azélaïque

Il a une action anti-inflammatoire modérée par réduction de la population de P. acnes.

  • Nicotinamide 

Il a également une action anti-inflammatoire modérée.

  • Alpha hydroxy-acides

Ils ont des propriétés kératolytiques (diminution de la couche cornée) modérées sur la composante rétentionnelle de l'acné.

  • La microchirurgie de l'acné

Communément appelée nettoyage de peau, cette microchirurgie a pour but l'expulsion du contenu des lésions rétentionnelles. C'est un complément très utile des médicaments, elle permet, dans certaines formes d'acnés rétentionnelles, d'éviter certains cas de poussées inflammatoires. Dans la plupart des cas, elle ne doit pas être faite au tout début du traitement, il est préférable d'abord d'agir sur l'hyperkératose avec un traitement local d'au moins deux mois. Les points noirs seront alors ramollis, moins cohérents et donc plus faciles à extirper.