Santé

La méningite à méningocoque : symptômes et traitements

Dossier - Tout savoir sur la méningite
DossierClassé sous :médecine , maladie , cerveau

La méningite se définit comme une inflammation des méninges, c’est-à-dire des enveloppes qui protègent le système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Si la méningite virale est souvent bénigne, la méningite bactérienne relève de l’urgence médicale et nécessite une hospitalisation et un traitement antibiotique. Zoom sur une pathologie qui cause de nombreux décès d'enfants dans le monde.

  
DossiersTout savoir sur la méningite
 

La méningite à méningocoque correspond à une inflammation des méninges causée par l'infection par la bactérie Neisseria meningitidis aussi appelée méningocoque. Cette affection est potentiellement mortelle.

La méningite à méningocoque : symptômes et traitements. Les bactériesNeisseria meningitidispeuvent être cultivées sur boîte. © Bill Branson, DP

La bactérie Neisseria meningitidis

La bactérie Neisseria meningitidis vit généralement dans le rhinopharynx. Suite à une infection respiratoire ou de la voie ORL, les bactéries peuvent passer dans le sang, puis franchir la barrière hémato-méningée et se retrouver dans le liquide céphalo-rachidien.

La transmission de la maladie se fait par un contact étroit entre individus, par le biais des sécrétions naso-pharyngées. D'après l'OMS (Organisation mondiale de la santé), les infections liées au méningocoque représentent 500.000 cas chaque année dans le monde. Dans les pays industrialisés, il y aurait 1 à 3 cas pour 100.000 habitants. Les infections à méningocoques suivent un rythme saisonnier.

Types de méningocoques : A, B, C, Y et W

Il existe différents types de méningocoques, les plus fréquents étant les sérogroupes A, B, C, Y et W. Le type A est responsable des méningites dans la « ceinture africaine des méningites » allant de l'Éthiopie au Sénégal. En France, en 2011, le sérogroupe le plus souvent identifié est le B, puis le C et le Y.

Démographie de la méningite à méningocoque. En rouge : ceinture de la méningite. En marron : zone épidémique. En gris : zone avec cas sporadiques. © Leevanjackson, dérivé du CIA World Factbook, Wikipédia, DP

Symptômes et diagnostic de la méningite à méningocoque

La méningite à méningocoque apparaît souvent durant l'enfance. Ses symptômes associent fièvre, maux de tête, vomissements, raideur de la nuque, troubles de la conscience, convulsions. Si des taches hémorragiques apparaissent sur la peau (purpura) et s'étendent, l'infection doit être considérée comme particulièrement grave et relève de l'urgence médicale. Un traitement antibiotique et une hospitalisation sont nécessaires.

Le diagnostic de la méningite à méningocoque passe par une ponction lombaire, c'est-à-dire un prélèvement de liquide céphalo-rachidien.

Traitement et prévention de la méningite à méningocoque

Le traitement utilise des antibiotiques en intraveineuse pendant 4 à 7 jours. Dans les pays industrialisés, les antibiotiques céphalosporines de troisième génération (céfotaxime et ceftriaxone) sont employés, alors qu'en Afrique et en Asie du Sud-Est c'est le chloramphénicol qui est utilisé.

Il existe des vaccins contre la méningite à méningocoque, contre les sérotypes A, C, Y et W. Les personnes en contact avec un malade peuvent bénéficier d'une prophylaxie aux antibiotiques avec de la rifampicine ou par ciprofloxacine.