Santé

Focus recherche : le rôle du fer dans la maladie de Parkinson

Dossier - La maladie de Parkinson de A à Z
DossierClassé sous :médecine , parkinson , maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative due à la perte de neurones dopaminergiques du cerveau. Des traitements médicamenteux ainsi qu'un recours à la chirurgie sont possibles.

  
DossiersLa maladie de Parkinson de A à Z
 

En novembre 2008, le laboratoire de Neurologie et Thérapeutique expérimentale de l'université Pierre et Marie Curie a publié de nouveaux résultats sur le rôle du fer dans la maladie de ParkinsonLe transporteur du Fer DMT1 a été particulièrement étudié. Etienne Hirsch, directeur de recherche au CNRS, répond à quelques questions sur ces résultats.

Où en est la recherche sur la maladie de Parkinson ? © QIAGEN- CC BY-NC 2.0
  • Quel est le rôle du fer dans la maladie de Parkinson ?

« Le fer est un oxydant puissant et il stimule la production de radicaux libres. Ces radicaux libres attaquent les constituants cellulaires que sont les lipides, les protéines et les acides nucléiques. De fait, ces constituants cellulaires sont altérés par les radicaux libres dans la maladie de Parkinson. Ces effets sont observés lorsque le fer est présent en trop grande quantité, ce qui est le cas dans la maladie de Parkinson. Par contre, une carence en fer n'est pas bonne non plus car le cerveau a besoin de fer pour fonctionner normalement. Il faut donc une quantité de fer bien régulée dans le cerveau. »

  • Quel pourrait être le rôle du transporteur DMT1 dans la maladie de Parkinson ?

« Le rôle de DMT1 est de faire pénétrer le fer dans les neurones. Dans notre travail nous montrons que ce transporteur est surexprimé dans les neurones qui meurent dans la maladie de Parkinson et dans lesquels il y a trop de fer. Dans les modèles de la maladie chez la souris ou le rat, nous montrons que le blocage de ce transporteur protège les neurones ».

  • Vos travaux permettent-ils d'envisager de nouvelles thérapies ?

« Nos travaux montrent que DMT1 pourrait être une cible thérapeutique pour bloquer l'augmentation des taux de fer et la mort neuronale. C'est maintenant aux chimistes de trouver des molécules qui pourraient avoir le même effet que les mutations spontanées que l'on observe chez les souris microcytiques et les rats Belgrade. Ces 2 types d'animaux ont des mutations dans le transporteur du Fer  DMT1 et transportent moins bien le fer ».