Santé

Les organismes de surveillance de la grippe

Dossier - Grippe aviaire : prévention et vaccination
DossierClassé sous :médecine , grippe , grippe aviaire

-

La grippe aviaire A (H5N1) est une préoccupation de santé publique ; elle pourrait être à l'origine d'une pandémie, dans l'hypothèse de l'émergence d'un nouveau de sous-type viral contre lequel l'homme n'est pas protégé. Il est important de prévenir les virus grippaux aviaires afin d'éviter toute pandémie.

  
DossiersGrippe aviaire : prévention et vaccination
 

Un certain nombre d'organisations internationales ont mis en place des systèmes de surveillance de l'évolution de la grippe humaine et animale, au niveau mondial. Dans certains pays, ces systèmes sont relayés au niveau national et régional par des réseaux sentinelles.

Le logo de l'OMS, un des nombreux organismes de surveillance de la grippe. © DR

L'OMS

L'organisation mondiale de la santé (OMS) a développé, depuis 1947, un programme mondial de contrôle et de surveillance de la grippe qui vise à coordonner les actions globales et nationales, à centraliser et analyser les données recueillies afin de gérer les épidémies annuelles et préparer une éventuelle pandémie. Le détail de ce programme fait état, en particulier, des points suivants :

  • le renforcement de la surveillance virologique et épidémiologique nationale et internationale ;
  • la prise en compte des éléments de surveillance de la grippe animale (notamment aviaire) dans les programmes de surveillance de la grippe humaine ;
  • l'amélioration du recueil, de l'utilisation, de l'échange et du traitement des données ;
  • la promotion pour l'utilisation des vaccins antigrippaux ;
  • l'aide aux pays pour l'implémentation d'une politique sanitaire de vaccination et la préparation de plans de lutte contre les pandémies.
  • Grâce à son réseau de surveillance, l'OMS compile les analyses détaillées des prélèvements animaux et humains effectués tout au long d'une année, ce qui permet de détecter les variations antigéniques des souches circulantes et de déterminer la composition des vaccins de la saison future.

Il y a en France, deux centres de référence, l'un à l'Institut Pasteur de Paris, l'autre à la faculté de médecine de Lyon.

Le réseau OMS des 112 centres nationaux de surveillance de la grippe. © World Health Organization 2006

Elle consacre un site dédié à la grippe aviaire humaine qui communique les cas diagnostiqués chez l'homme et édite les informations et les recommandations pour le contrôle et la prévention chez l'homme ainsi qu'un programme de préparation à une éventuelle pandémie.

L'OIE

L'office international des épizooties (OIE) est une organisation intergouvernementale. Elle compte 165 pays membres. Son rôle est de recenser les maladies animales déclarées par les pays adhérents et d'en diffuser l'information, notamment s'il s'agit d'une maladie transmissible à l'homme et/ou potentiellement grave pour la santé humaine. Tous les communiqués officiels des autorités officielles des pays atteints par les épizooties de grippe aviaire sont disponibles sur leur site.

Elle est à l'origine d'un certain nombre de normes et de règles sanitaires internationales qui font référence dans le domaine de la santé animale et du commerce. Elle émet des recommandations en situation de crise.

L'European Influenza Surveillance Scheme (EISS)

L'European Influenza Surveillance Scheme assure la surveillance de la grippe en Europe dans les pays membres. Il travaille en collaboration avec un réseau de laboratoires de référence spécialisés dans le diagnostic de la grippe. Ces laboratoires ont été conjointement désignés par l'Union Européenne et l'OMS (Meijer, Valette et al. 2005 45)

Carte hebdomadaire d'activité de la grippe en Europe. © www.eiss.org

EuroGROG

EuroGrog est un système de diffusion paneuropéen ; il émet des bulletins de surveillance de la grippe durant la saison épidémique, à partir des données que lui fournissent les différentes institutions sanitaires en Europe.

Réseaux sentinelles en France

La surveillance est assurée par le réseau sentinelle de l'Inserm, et par le réseau des GROG (Groupes Régionaux d'Observation de la Grippe). Ils suivent l'évolution de la diffusion de la grippe en France, émettent des alertes en cas de menace d'épidémie, et publient des bulletins hebdomadaires consultables sur leurs sites internet respectifs.

Ces groupes travaillent en partenariat avec l'OMS, l'EISS et EuroGROG.

Plans de lutte contre les pandémies

En 2002, les instances de l'OMS ont élaboré et adopté un programme mondial de préparation des états à l'arrivée d'une pandémie de grippe.

Dès 1999, quelques pays ont commencé à développer des plans de préparation (Karcher and Buchow 2002 35) (Strikas, Wallace et al. 2002 58) (Paget and Aguilera 2001 53). En raison de la persistance et l'extension de la circulation du virus A (H5N1), de véritables plans nationaux susceptibles de faire face à une pandémie, se sont mis en place dans les pays développés, en particulier la France. Les pays en développement rencontrent plus de difficultés, en raison des moyens et de l'organisation sanitaire et des difficultés de collaboration avec l'OMS et l'OIE.

Plan gouvernemental français de prévention et de lutte « Pandémie grippale ». © Assemblée nationale

Le rôle de l'OMS est d'aider les nations à mettre en place ces programmes, à coordonner les recherches de nouveaux vaccins (Hualan, Subbarao et al. 2003 32) et, notamment, à établir les stratégies d'approvisionnement en vaccins et en antiviraux, de leur mise à disposition et de leur distribution (Fedson 2005 21) (Fedson 2003 20) (Daems, Del Giudice et al. 2005 12) (Fedson 2003 19) (Gani 2005 22).

Des modèles mathématiques d'analyse de risque sont élaborés par différents pays afin d'évaluer l'impact d'une pandémie en fonction des possibilités d'intervention.