Santé

Les mesures de prévention pour les populations exposées

Dossier - Grippe aviaire : prévention et vaccination
DossierClassé sous :médecine , grippe , grippe aviaire

-

La grippe aviaire A (H5N1) est une préoccupation de santé publique ; elle pourrait être à l'origine d'une pandémie, dans l'hypothèse de l'émergence d'un nouveau de sous-type viral contre lequel l'homme n'est pas protégé. Il est important de prévenir les virus grippaux aviaires afin d'éviter toute pandémie.

  
DossiersGrippe aviaire : prévention et vaccination
 

La protection des populations exposées est indispensable pour prévenir les infections grippales aviaires.

Les professionnels de santé doivent prendre des mesures de protection conte les virus grippaux aviaires. © santelog.com

Les personnes en contact avec les animaux infectés

Les mesures de prévention s'adressent aux personnes exposées professionnellement aux virus aviaires hautement pathogènes, ou potentiellement exposées dans le cadre d'activités quotidiennes, dans les zones d'épizooties aviaires.

1. Mesures de prévention pour les professionnels au contact d'animaux

Les professionnels de l'élevage aviaire, les personnes qui procèdent à l'abattage des volailles infectées, les vétérinaires doivent disposer de chaussures, de vêtements, de gants, et de masques protecteurs. Ces derniers doivent faire l'objet d'une décontamination systématique à chaque sortie d'une zone contaminée.

Toute manipulation de volaille malade ou suspectée d'être infectée par un virus HPAI, toute intervention dans les zones contaminées ou suspectées de l'être doivent suivre les mesures de contrôle émises par les instances officielles telles que l'OMS ou l'OIE.

2. Les recommandations de l'OMS

L'OMS a publié un certain nombre de recommandations à destination des personnes vivant dans les zones affectées par les épizooties :

L'OMS recommande des mesures de prévention pour les populations exposées aux virus grippaux aviaires. © www.h5n1-info.com
  • éviter d'une manière générale tout contact avec les poulets, canards, les plumes et fientes, sauf nécessité absolue ;
  • être particulièrement vigilant à l'égard des enfants, spécifiquement à risque ; 
  • éviter la préparation culinaire de volaille et sa consommation.
  • Il faut insister sur l'importance capitale de l'hygiène des mains, qui doivent être désinfectées à l'eau et au savon après chaque contact à risque, et assurer l'éducation des enfants vivant souvent en contact étroit avec la volaille.

Les professionnels de santé

Des précautions d'usage s'appliquent au patient suspecté de grippe aviaire, qui doit être maintenu en chambre d'isolement.

Les recommandations de l'OMS (OMS 2006 4) aux personnels de santé incluent :

  • la vaccination par le vaccin antigrippal saisonnier ;
  • la tenue d'un registre du personnel ayant prodigué des soins aux patients atteints par la grippe aviaire ;
  • la mise en place d'un système de surveillance qui recueille d'éventuels épisodes pseudo-grippaux et les motifs d'absentéisme chez les soignants ;
  • l'assurance d'un approvisionnement suffisant en inhibiteurs de la neuraminidase à but prophylactique ;
  • des mesures spécifiques de protection individuelle pour le personnel dispensant les soins : masques de protection faciale certifiés (yeux, nez, bouche) afin de prévenir l'inhalation ou l'inoculation de gouttelettes de particules infectieuses, tabliers, lunettes de protection et gants.
Le personnel de santé doit respecter des recommandations de prévention. © RIN 2000-2006

Les précautions standard concernent la manipulation du sang et de tous les liquides biologiques ainsi qu'une hygiène des mains irréprochable. Les soignants sont tenus de contrôler deux fois par jour leur température corporelle, afin de dépister toute fièvre. En cas de contact probable avec des gouttelettes émises par un patient et lorsque l'équipement de protection est insuffisant, une chimioprophylaxie par oseltamivir per os à raison de 75 mg par jour est instaurée pour sept jours.