Santé

Le sein et ses différents types de cancers

Dossier - Le cancer du sein
DossierClassé sous :médecine , sein , cancer

-

En France, le cancer du sein est la première cause de mortalité chez les femmes de 35 à 55 ans. Du diagnostic aux traitements, ce dossier vous permet de tout savoir sur le cancer du sein.

  
DossiersLe cancer du sein
 

Les seins jouent un rôle important dans la féminité et dans l'image que la femme a de son corps, d'où la difficulté d'accepter un cancer du sein. La fonction biologique du sein est de produire du lait afin de nourrir un nouveau-né, sa structure est complexe.

La palpation des seins un examen essentiel. © National Cancer Institut, DP

Chaque sein (appelé aussi glande mammaire) est composé de quinze à vingt compartiments séparés par du tissu graisseux qui donnent au sein la forme qu'on lui connaît. Chacun de ces compartiments est constitué de lobules et de canaux. Le rôle des lobules est de produire le lait en période d'allaitement ; les canaux transportent ensuite le lait vers le mamelon.

Pour mieux visualiser cette structure, on peut imaginer un arbre avec plusieurs branches (les canaux) rattachées à un point central (le mamelon). Aux minuscules extrémités des branches se trouvent les lobules.

Structure du sein (glande mammaire). © INCA

Les différentes hormones fabriquées par les ovaires

À la puberté, la jeune fille observe des changements dans la forme et le volume de ses seins sous l'influence des hormones sexuelles. Ces hormones, fabriquées par les ovaires, ont une influence sur les seins tout au long de la vie. 

Elles sont de deux types :

  • les oestrogènes permettent le développement des seins au moment de la puberté. Ces hormones sont fabriquées au cours de la première partie du cycle menstruel, après les règles ;
  • la progestérone est principalement présente lors de la seconde partie du cycle menstruel, avant les règles. Elle a une action complémentaire à celle des oestrogènes.

Qu'est-ce qu'un cancer du sein ?

Un cancer du sein est une tumeur maligne qui se développe au niveau du sein. Une femme sur onze développe un cancer du sein au cours de sa vie. La vie -- vie de famille, de couple et professionnelle -- s'en trouve profondément modifiée.

Les cellules des tumeurs malignes ont tendance à quitter leur tissu d'origine et à envahir les tissus voisins ; on parle de cancer infiltrant. Certaines tumeurs restent dans leur tissu d'origine sans infiltrer les tissus voisins. On parle alors d'un cancer in situ (« resté en place »). Les cellules des cancers infiltrants peuvent se détacher de la tumeur d'origine et se propager par les vaisseaux sanguins ou lymphatiques. Elles s'accumulent alors dans les ganglions lymphatiques voisins. On dit qu'il existe un envahissement ganglionnaire.

Les cellules cancéreuses ont tendance à migrer dans d'autres organes ou parties du corps, et à y développer de nouvelles tumeurs qu'on appelle métastases. On dit dans ce cas que le cancer est métastatique.

Les différents comportements des cellules cancéreuses. © INCA

Tous les cancers ne se comportent pas de la même façon. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire d'envisager un traitement adapté à chaque cancer.  

Le cancer du sein, un cancer fréquent ?

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme dans les pays occidentaux. Un quart des cancers de la femme sont des cancers du sein. En France, environ 42.000 nouveaux cancers du sein sont diagnostiqués chaque année. Il atteint des femmes à des âges différents, mais il se développe le plus souvent autour de 60 ans. Près de la moitié des cancers du sein sont diagnostiqués entre 50 et 69 ans. Ce cancer peut aussi apparaître chez l'homme, mais c'est extrêmement rare (moins de 1 % des cancers du sein).

Les différents types de cancers du sein

Il existe différents types de cancers du sein. Les plus fréquents (95 %) se développent à partir des cellules des canaux (cancer canalaire) et des lobules (cancer lobulaire). On les appelle des adénocarcinomes.

Cancer canalaire infiltrant et cancer canalaire in situ. © INCA

On distingue plusieurs situations :

  • lorsque les cellules cancéreuses ont infiltré le tissu qui entoure les canaux et les lobules, on parle de cancer ou carcinome infiltrant. Le cancer canalaire est le cancer infiltrant le plus fréquent. Huit cancers sur dix sont des cancers canalaires infiltrants. Le cancer lobulaire infiltrant est plus rare. Les cancers infiltrants peuvent se propager vers les ganglions ou vers d'autres parties du corps. Les ganglions le plus souvent atteints par les cellules du cancer du sein se trouvent sous les bras, au niveau des aisselles, on les appelle les ganglions axillaires. Le traitement des cancers infiltrants repose sur un traitement local (chirurgie, radiothérapie), associé dans certains cas à un traitement général (chimiothérapie, hormonothérapie) ;
  • lorsque les cellules cancéreuses se trouvent uniquement à l'intérieur des canaux ou des lobules, sans que la tumeur ait infiltré le tissu qui les entoure, on parle de cancer in situ. Le cancer canalaire in situ ou carcinome canalaire in situ est le plus fréquent : huit cancers in situ sur dix sont des cancers canalaires in situ. Ils sont le plus souvent découverts lors d'un dépistage systématique (une mammographie ou un examen des seins par le médecin) et parfois révélés par un écoulement de sang du mamelon ou un eczéma du mamelon. Il arrive que les cancers canalaires in situ infiltrent les tissus voisins et deviennent des cancers infiltrants. Le traitement des cancers canalaires in situ est un traitement local comme la chirurgie ou la radiothérapie ; le cancer lobulaire in situ (ou néoplasie lobulaire in situ) est plus rare. Il est plutôt considéré comme un facteur de risque de développer un cancer du sein que comme un cancer. Sa prise en charge est différente des autres cancers du sein. Chaque cancer est particulier et nécessite un traitement approprié. 

Grâce aux résultats de la recherche, on connaît mieux aujourd'hui le cancer du sein. Ces études ont permis d'améliorer son diagnostic et son traitement.