Santé

Force, vitesse et endurance : les trois métabolismes du corps

Dossier - Sport : la technologie au service des champions
DossierClassé sous :biologie , Sport , football

-

Le talent et le travail des grands sportifs sont désormais accompagnés par les technologies afin que ces champions dépassent les limites établies. Quelles sont ces technologies au service du sport d'aujourd'hui et de demain ?

  
DossiersSport : la technologie au service des champions
 

Chaque sport est différent et possède des caractéristiques qui le rendent unique. C'est la raison pour laquelle il est rare qu'un athlète excelle dans plusieurs disciplines. Toutefois, les chercheurs se sont aperçu que des « familles » de sports présentent des similitudes quant au type d'effort demandé.

Ces rapprochements ne sautent pas aux yeux. Le ski de fond ressemble davantage au marathon qu'au ski de descente, et le plongeon s'apparente à la gymnastique plutôt qu'à la natation. Ces différences et affinités sont liées à la façon dont l'organisme de l'athlète est sollicité pendant l'effort.

Les métabolismes sont différents en fonction des types d'efforts. Vitesse maximum, prestation maximum, endurance maximum © Tsutomu Takasu - CC BY-NC 2.0

Les trois métabolismes et leurs paramètres

C'est la contraction des muscles qui rend possible le mouvement humain. Elle dépend elle-même d'une réaction chimique qui prévoit la décomposition d'une molécule, l'ATP, ou adénosine triphosphate. Le processus de destruction et de reconstitution de l'ATP est complexe, mais il est possible de simplifier et d'identifier trois différentes modalités de fonctionnement (trois métabolismes).

  • Le métabolisme anaérobie alactique caractérise des efforts brefs (d'une durée inférieure à 20 secondes), typique d'un sprinter, d'un sauteur ou d'un gardien de but de football.
  • Le métabolisme anaérobie lactique entre en jeu pour des efforts intenses, mais relativement courts, d'une durée comprise entre 20 et 45 secondes. Durant l'effort, du lactate s'accumule dans les muscles, et la mesure de sa concentration fournit une estimation de l'intensité de l'effort. C'est le mécanisme du coureur de 400 m.
  • Le métabolisme aérobie est celui qui s'impose lors d'efforts d'une durée supérieure à 4-5 minutes. Il nécessite l'introduction dans l'organisme d'une grande quantité d'oxygène à travers la respiration. Ce métabolisme domine dans les sports comme le ski de fond ou la marche

Certains experts ont comparé les trois métabolismes décrits ci-dessus à trois combustibles utilisés par les moteurs de voiture : l'alcool, l'essence et le diesel. En réalité, quel que soit le type d'effort effectué, les trois métabolismes entrent tous en action, en particulier le deuxième et le troisième. Le classement en « sport aérobie » ou sport « anaérobie » sert seulement à indiquer le métabolisme dominant. Un peu comme si le « véhicule » humain embarquait trois réservoirs, et fonctionnait selon les circonstances avec un mélange à dominante d'alcool, d'essence ou de diesel.