Santé

Violette odorante

DéfinitionClassé sous :médecine , botanique , violette
La violette, une fleur qui calmerait la toux. © Franck Le Driant / FloreAlpes.com

Plante herbacée répandue dans les lieux humides et ombragés, la violette odorante est l'une des plantes médicinales les plus anciennes que l'on connaisse. Lorsqu'elles sont pleinement développées, ses feuilles vertes pétiolées prennent la forme d'un cœur. Ses fleurs, très parfumées, comportent cinq pétales... violets, évidemment. Sa réputation lui vaut d'être indiquée pour lutter contre les phénomènes inflammatoires et les céphalées.

En phytothérapie, la plante est utilisée en totalité, même si les différents organes sont récoltés séparément : le rhizome en août ou septembre, les feuilles et les fleurs au printemps. Les parties aériennes de la violette renferment une huile essentielle, des saponines et des mucilages. La plante est également riche en tanins, en flavonoïdes et en acide ascorbique, plus connu sous le nom de vitamine C.

 La violette odorante, réputée pour ses vertus antitussives

Traditionnellement utilisée contre les affections des voies respiratoires, la violette odorante combattrait efficacement le catarrhe bronchique, la coqueluche, le rhume et la toux qu'elle apaiserait grâce à ses propriétés mucolytiques. Elle entre également dans la composition de tisanes diurétiques. En usage externe enfin, elle est souvent utilisée pour atténuer certaines affections cutanées et les gerçures.

Sources :

  •  Phytothérapie, la Santé par les plantes, Vidal Éditeur
  • Plantes médicinales, Gründ
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourrez régulièrement à la phytothérapie.