Cela vous intéressera aussi

La myélite transverse est une maladie neurologique rare, avec une incidence annuelle estimée entre 1/250.000 et 1/1.000.000 selon les études. Responsable d'une atteinte sensitive, motrice et sphinctérienne, elle résulte d'une inflammation de la moelle épinièremoelle épinière. Avec un développement très rapide des symptômessymptômes, une prise en charge précoce permet d'éviter les complications graves.

Myélite transverse : définition

Atteinte neurologique rare, la myélite transverse est une inflammation de la moelle épinière, une importante partie du système nerveux central. Cette inflammation entrave les communications entre les fibres nerveuses de la moelle épinière et le reste de corps, affectant le signal nerveux et la sensitivité au niveau de la lésion. Elle conduit souvent à une démyélinisationdémyélinisation, soit une perte de myélinemyéline. Cette substance graisseuse est pourtant essentielle pour entourer et protéger les nerfsnerfs.

La maladie peut être isolée, avec la survenue d'un ou plusieurs épisodes, ou être la porteporte d'entrée à une autre pathologiepathologie neurologique. Il s'agit d'ailleurs de l'un des premiers symptômes de la sclérose en plaques.

En cas de suspicion d'une myélite, des explorations sont nécessaires pour en déterminer la cause. Plusieurs examens sont indiqués pour confirmer le diagnostic :

  • une ponctionponction lombaire ;
  • une IRMIRM encéphalique ;
  • une IRM médullaire ;
  • un bilan sanguin.

Quelles sont les causes de la myélite transverse ?

Les causes de la myélite transverse sont nombreuses, mais largement identifiées.

Présence d’une autre pathologie

Les personnes déjà atteintes des pathologies suivantes ont plus de probabilité de développer une myélite transverse :

  • un lupus érythémateux ;
  • une sclérose en plaques ;
  • une méningo-encéphalite virale ;
  • une vascularite ;
  • la maladie de Lyme ;
  • la tuberculose ;
  • la syphilis ;
  • une neuromyélite optique.

Survenue d’une infection virale

Une infection directe par contact par l'un des virusvirus suivants augmente le risque de survenue de la maladie :

  • le cytomégalovirus ;
  • l'herpès ;
  • le VIH ;
  • le virus d'Epstein Barr.

Les causes diverses

  • un débitdébit sanguin insuffisant ;
  • une injection d'héroïne par intraveineuse ;
  • une prise d'amphétamines ;
  • des réactions auto-immunes
  • une vaccination.
Une douleur soudaine dans le dos fait partie des symptômes de la myélite transverse. © New Africa, Adobe Stock
Une douleur soudaine dans le dos fait partie des symptômes de la myélite transverse. © New Africa, Adobe Stock

Comment reconnaître les symptômes de la myélite transverse ?

Les symptômes de la myélite varient sensiblement selon les zones atteintes par la maladie. Leur intensité reste variable selon les patients. Ils peuvent apparaître brutalement en quelques heures, ou progressivement, sur plusieurs jours ou semaines.

Les signes de la maladie se divisent en trois catégories :

  • les symptômes moteurs : perte de force partielle ou totale des membres, paralysie, spasmes ;
  • les symptômes sensitifs : douleurs soudaines dans le bas du dosdos, engourdissement, sensations de resserrement, brûlures, picotements, perte sensorielle, sensibilité aux changements de température ;
  • les symptômes vésico-sphinctériens : difficultés à uriner, incapacité à retenir la mictionmiction ou à contrôler les intestins.

Les complications de la myélite dépendent de sa progression, mais aussi de la rapidité de sa prise en charge. Ainsi, il a été répertorié que :

  • un tiers des patients atteints ne conserveront aucune séquelleséquelle de la maladie ;
  • un tiers des patients atteints conserveront une faiblesse musculaire et des troubles sensitifs, urinaires et intestinaux ;
  • un tiers des patients atteints subiront des paralysies définitives et devront être alités ou se déplacer en fauteuil roulant.

Quel traitement pour la myélite transverse ?

Afin de maximiser les chances de guérisonguérison, la myélite transverse doit faire l'objet d'un traitement spécifique.

Les myélites infectieuses sont traitées par des antivirauxantiviraux, des antibiotiques, ou des antiparasitaires. Si aucun facteur infectieux n'est décelé, le traitement repose sur une corticothérapie à haute dose par intraveineuse afin de réduire la réaction immunitaire.

Lorsque la corticothérapie se montre inefficace, une plasmaphérèse peut être indiquée. Elle consiste à retirer une grande quantité de plasmaplasma puis à en transfuser à nouveau, dans le but de retirer les anticorpsanticorps endommageant la moelle épinière.

Dans un second temps, des traitements ciblés peuvent être prescrits pour améliorer les troubles fonctionnels, tels que les troubles urinaires ou intestinaux, les douleurs, la fatigue... Un traitement de fond par immunosuppresseurs peut permettre de prévenir de nouvelles atteintes neurologiques, une fois la cause de la myélite identifiée.

Les trois points à retenir sur la myélite transverse :

  • il s'agit d'une maladie neurologique se traduisant par une inflammation de la moelle épinière ;
  • elle se manifeste par des symptômes moteurs, sensitifs et vésico-sphinctériens ;
  • elle peut être isolée ou attester d'une autre maladie neurologique.