Les vaccins en gel pourraient être plus efficaces que les vaccins liquides

Classé sous :Vaccin , adjuvant de vaccin , composition d'un vaccin

Dans les infections naturelles, l'organisme est généralement exposé aux antigènes pendant 2 à 3 semaines. Avec le vaccin, cette exposition ne dure que 1 à 2 jours, car les antigènes sont rapidement éliminés dans le sang. Or, une durée d'exposition insuffisante conduit à une moindre production d’anticorps et donc à une moindre efficacité du vaccin.

Une équipe de chercheurs de l'université de Stanford a donc eu une idée simple pour résoudre ce problème : injecter le vaccin sous forme de gel et non de liquide. Avec ses collègues, Éric Appel a mis au point un hydrogel à base de polymères et nanoparticules à mélanger aux composants du vaccin. Lorsqu'il est injecté sous la peau chez une souris, le gel forme une zone d'inflammation localisée qui attire les cellules immunitaires, tout en libérant les antigènes et l'adjuvant de manière plus progressive et prolongée qu'avec un vaccin liquide traditionnel.

Plusieurs autres moyens existent pour prolonger l'exposition de l'organisme aux antigènes. En 2019, des chercheurs ont testé un patch avec des micro-aiguilles comme mode d'administration d'un vaccin du VIH. Il a aussi été montré que les sels d'aluminium, un adjuvant courant des vaccins, augmentent la persistance des antigènes dans le sang. Des chercheurs du MIT ont même conçu des antigènes « améliorés » se liant plus facilement aux sels d'aluminium afin de prolonger la réponse immunitaire. Néanmoins, la plupart de ces méthodes avaient une faible influence ou étaient difficiles à mettre en œuvre.

Le vaccin sous forme de gel prolonge l’exposition de l’organisme aux anticorps ? © doomu, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Covid-19 : le vaccin Moderna passe en phase III  Le premier vaccin contre le coronavirus testé chez les humains semble faire ses preuves. Actuellement en essai clinique, il sera mis à l'épreuve chez 30.000 personnes dès la fin du mois de juillet.