Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'immunité des vaccins pourrait durer plusieurs années Une étude publiée dans Nature suggère que les vaccins à ARN comme Pfizer ou Moderna offrent une immunité très longue, qui pourrait même durer toute la vie !

L'efficacité du vaccinvaccin Pfizer/BioNTech tomberait de 96 % à 84 % en quatre mois, selon une étude (encore non relue) parue sur la plateforme medRxiv. Le pic d'efficacité (96 %) est atteint deux mois après la deuxième dose, et l'effet décline ensuite progressivement. Menée chez 45.000 patients vaccinés avec deux doses dans six pays, cette étude montre une baisse graduelle de l'efficacité de 6 % environ tous les deux mois, indiquent les auteurs. Même s'ils se gardent bien d'extrapoler sur une prolongation de cette courbe, cela signifie que le seuil des 50 % serait franchi au bout de 18 mois.

« Les données en provenance d'Israël indiquent une diminution de l'efficacité, qui est au départ à quasiment 100 % contre le risque d'hospitalisation. Après une période de six mois, l'efficacité devient faible chez les personnes âgées de plus de 90 ans et moyenne chez les plus de 80 ans, confirme Albert Bourla, le P.-D.G. de PfizerPfizer sur CNBC. La bonne nouvelle, c'est que nous pensons qu'une troisième dose pourra faire revenir le niveau d'immunitéimmunité à un niveau suffisant pour protéger contre le variant Delta» Un résultat qui arrange donc bien les affaires du laboratoire.

Voir aussi

Covid-19 : comment se protéger des variants ?

En juin, une étude sur le vaccin Moderna indiquait que la demi-viedemi-vie des anticorps neutralisants est de 109 jours (ce qui signifie qu'il ne reste plus que la moitié des anticorpsanticorps après ce délai), le niveau global restant toutefois largement satisfaisant même après 209 jours. De plus, le déclin semble ralentir au fil du temps, ce qui suggère qu'on atteint un plafond au bout d'un moment. Plusieurs autres études suggèrent que l'immunité pourrait même durer plusieurs années, voire plusieurs dizaines d'années. Bref, il est bien trop tôt pour tirer des conclusions hâtives sur la nécessité d’une troisième dose.