Notre cerveau est capable de gérer un pouce robotique supplémentaire

Classé sous :Plasticité cérébrale , prothèse , pouce

Il s'avère que les humains sont très doués lorsqu'ils utilisent un « troisième pouce » robotique, d'après une expérience menée par des neuroscientifiques de l'University College London (UCL) et publiée dans la revue Science RoboticsImprimable en 3D, ce pouce est facilement personnalisable et se porte sur le côté de la main, opposé au pouce réel de l'utilisateur, près de l'auriculaire. Le porteur le contrôle avec des capteurs de pression attachés à ses pieds, sous les gros orteils. Connectés sans fil, les deux capteurs contrôlent différents mouvements du pouce en répondant immédiatement aux changements de pression subtils du porteur.

Pendant cinq jours, 20 participants ont ainsi été formés à l'utilisation de ce troisième pouce robotique (Third Thumb en anglais), fabriqué par le designer Dani Clode. Ils ont été mis au défi d'effectuer des tâches, nécessitant normalement l'usage des deux mains, uniquement avec la main augmentée, comme par exemple, construire des tours de blocs. Les résultats ont montré que, non seulement les participants maîtrisaient l'utilisation d'un pouce supplémentaire avec une facilité surprenante, mais aussi que leur cerveau s'était adapté rapidement à cette nouvelle compétence. Les utilisateurs ont même rapporté qu'ils avaient de plus en plus l'impression que ce troisième pouce faisait partie de leur corps !

Un troisième pouce robotique peut changer la façon dont la main biologique est représentée dans le cerveau. © Dani Clode Design et The Plasticity Lab, UCL

Des participants ont été formés à l'utilisation d'un « troisième pouce ». À l'issue de l'expérience, ils ressentent tous l'impression qu'il faisait partie de leur corps. L'utilisation de ce pouce robotique pourrait avoir un impact sur la représentation de la main dans le cerveau.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Exiii Hackberry : une main bionique open source imprimée en 3D  Les prothèses permettent de remplacer un membre manquant mais elles comportent plusieurs inconvénients : leur prix (entre 8.000 et 10.000 euros) mais aussi la nécessité d’entretien et la fragilité de l'appareil. Au Japon, Exiii propose une alternative, une main bionique open source imprimable en 3D. La voici en vidéo.