Combiner son vaccin avec ceux des autres : la stratégie d’AstraZeneca pour améliorer l’efficacité

Classé sous :Coronavirus , vaccin contre le coronavirus , Covid-19

[EN VIDÉO] Coronavirus : 5 questions pour un vaccin  Plus de 47 vaccins contre le coronavirus sont en cours d’essai clinique dans le monde. Certains ont déjà avancé des résultats préliminaires encourageants. Alors que peut-on espérer de ces futurs vaccins ? Vont-ils nous permettre de retrouver une vie normale ? Cinq questions pour y voir plus clair. 

AstraZeneca a annoncé le 11 décembre le lancement d'un essai clinique pour combiner son vaccin avec le Spoutnik V russe d'ici la fin de l'année. L'objectif est d'évaluer l'efficacité et l'immunogénicité de la combinaison et de déterminer si l'on obtient une meilleure réponse qu'avec une dose de son seul vaccin. Basé sur un adénovirus de singe, le vaccin d’AstraZeneca présente une efficacité de 70 % tandis que le Spoutnik V, basé sur deux adénovirus vecteurs différents, affiche une efficacité de 95 %. L'essai couplé portera uniquement sur le vecteur humain de Spoutnik V, l'Ad26.

Parallèlement, le vaccin d'AstraZeneca sera aussi combiné à celui de Pfizer, à base d'ARNm, lors d'un essai mené en janvier par le Royaume-Uni. Les patients recevront une dose de vaccin de Pfizer et une dose de celui d'AstraZeneca. Le vaccin de Moderna sera inclus à l'essai dès lors qu'il aura été approuvé, a précisé mardi dernier Kate Bingham, la chef du groupe de travail sur les vaccins du gouvernement britannique. Typiquement, les vaccins à ARNm produisent une réponse immunitaire plus importante, tandis que les vaccins à base de virus tels que celui d'AstraZeneca donnent une réponse cellulaire plus importante. « Les anticorps bloquent l'absorption des virus dans les cellules et les lymphocytes T identifient les cellules qui ont été infectées et les détruisent. Idéalement, on doit avoir les deux », explique-t-elle.

Ces mélanges peuvent faire peur, mais ils sont très courants dans les vaccins. Le vaccin contre la rougeole est ainsi couplé à celui des oreillons et de la rubéole (ROR) et le vaccin pentavalent CaP-Hib combine ceux contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite et les infections à Haemophilus influenzae type b (Hib).

Combiner différents vaccins anti-Covid permettrait de renforcer leur efficacité mutuelle. © Jens Rother, Adobe Stock