Santé

La vaccination au secours des chênes californiens

ActualitéClassé sous :vie , pesticides , phosphate

Depuis huit ans, un champignon pathogène identifié sous le nom de Phytopthera ramorum se répand inexorablement le long des côtes californiennes, causant la mort de milliers de chênes.

L'organisme très contagieux se transmet par des spores qui se forment typiquement sur des feuilles de lauriers avant d'être dispersés. Le tronc des arbres touchés développe des lésions suintantes et le feuillage prend une coloration brunâtre. Après quoi, les insectes s'attaquent à l'écorce et affaiblissent le système vasculaire laissant la plante sans défense.

L'automne dernier, des scientifiques ont commencé à tester l'efficacité d'un pesticide à base de phosphate mis au point par un chercheur de l'Université de Californie à Berkeley. Une fois injecté par seringue, le traitement pénètre le cambium, couche de cellules située entre l'écorce et le bois.

En réaction, l'arbre sécrète des composés chimiques pour lutter contre l'infection : il est comme vacciné. Des rappels réguliers permettent ensuite de maintenir la résistance initiée.

Mais le procédé a ses limites. Trop coûteux pour un emploi à grande échelle, il n'empêche pas l'intrus de rester dormant dans divers hôtes (du rhododendron au séquoia géant).
Par ailleurs, les autorités forestières ont récemment eu la mauvaise surprise de découvrir une seconde souche de la maladie dans une plantation de Portland (Oregon) ; elles craignent maintenant le développement de résistances au nouveau traitement.

Cela vous intéressera aussi