Santé

SNCF : sécurité accrue au passage à niveau

ActualitéClassé sous :vie

-

Chaque année, plus de mille passages à niveau sont brisés par des automobilistes irresponsables. Sur ces mille bris de barrières on recense plus de 150 collisions avec un train. 50 personnes trouvent la mort chaque année dans ces collisions. Pour remédier au problème, la SNCF a trouvé un moyen d'interrompre la circulation des trains en cas de bris de barrière.

Sur 17 000 passages à niveau existant en France, on dénombre chaque année 1 000 bris de barrière, 150 collisions avec un train et 50 morts. Crédit :pro.wanadoo.fr/mfp/reseau/ mignaloux/pn.htm.

Il existe encore près de 17 000 passages à niveau en France. Afin d'améliorer la sécurité, RFF (Réseau Ferré de France) propriétaire des infrastructures, supprime une centaine de passages à niveau chaque année. Mais cela coûte cher. Il faut compter entre 1 525 000 et 2 300 000 € (entre 10 et 15 millions de francs) pour en remplacer un par un pont ou un tunnel.

En 1999, des agents SNCF avaient imaginé un système ingénieux qui permettrait de stopper les trains en cas de bris de barrières. L'astuce consistait à inclure un fil rigide dans celle ci, qui serait sectionné en cas d'enfoncement. Sa rupture commanderait l'allumage d'une torche à flamme rouge, torche utilisée par les agents SNCF et qui ordonne aux conducteurs l'arrêt immédiat. L'allumage de la torche préviendrait le conducteur d'un bris de barrière qui déclenchera aussitôt le freinage d'urgence, ce que lui permettra de s'arrêter avant le passage à niveau ou bien de réduire considérablement sa vitesse. Malheureusement ce projet avait été abandonné, car après une série d'essais, les tests ont démontré que le fil rigide se tendait, mais ne se rompait pas.

En l'an 2000, le patron d'un petite entreprise de St Raphaël, fournisseur de barrière pour passage à niveau, s'est penché sur le problème et a trouvé la solution. Plutôt qu'un fil conducteur, il a opté pour des morceaux de métal reliant chaque plaque rouge réfléchissante de la barrière. Dès qu'une barrière est brisée, les morceaux de métal ne sont plus en contact, ce qui déclenche aussitôt une alerte au poste d'aiguillage, et l'agent de circulation stoppe aussitôt toutes les circulations dans le secteur du passage à niveau. Ce système n'est pas encore branché sur une alerte directe avec les conducteurs de trains, mais c'est en étude.

Grâce à ce procédé, RFF équipe ses passages à niveau réputés comme sensible d'autant plus que l'investissement est minime : 300 € (environs 2 000 francs) par barrière. Sur les 17 000 passages à niveau existant en France, RFF équipe chaque année 1 800 barrières par ce système.

Par Franck MENANT

Cela vous intéressera aussi