Santé

Un projet européen vise à mieux comprendre le rôle des sables littoraux

ActualitéClassé sous :vie , sable , écosystème côtier

Près de 70 pour cent des côtes européennes sont composées de sable perméable et, outre quelques plages splendides, ce sable représente une ressource précieuse de par son utilisation dans l'industrie de la pêche, des matières premières, de l'eau, du pétrole et du gaz.

(crédit CORDIS)

Cependant, alors que chaque jour des centaines de litres d'eau de mer sont pompées par mètre carré de sable hautement perméable, on estime qu'il joue également un rôle important dans le fonctionnement des écosystèmes côtiers, bien que l'on ignore encore exactement comment et dans quelle mesure.

Pour combler ce manque de connaissances, une équipe de scientifiques et de responsables de services de protection de la nature a été constituée afin d'étudier les sables en tant que filtres biocatalytiques, un projet (COSA) financé par l'UE au titre de la priorité "Énergie, environnement et développement durable" du cinquième programme-cadre.
De précédentes recherches ont démontré qu'en filtrant de telles quantités d'eau de mer par jour, les sables littoraux ôtent des quantités considérables de plancton et petites particules, rendant ainsi l'eau claire et apportant des substances nutritives à une multitude d'organismes benthiques. Afin de protéger ces sables comme il se doit et d'assurer leur développement durable, le projet COSA étudie leur rôle dans le cycle de la matière.
L'équipe est placée sous la coordination de l'Institut Max Planck pour la microbiologie à Brême, en Allemagne, et rassemble des chercheurs issus de Pologne, du Danemark et des Pays-Bas. Ensemble, ils ont mis en place des sites de recherche dans deux zones subtidales situées en Pologne et en Allemagne et disposant de matériel en suffisance pour pouvoir mesurer les vagues, les courants, le profil des sédiments, la clarté de l'eau, la teneur en oxygène dissous et la salinité. La teneur en substances nutritives et en particules et la perméabilité de carottes de sable ont également été évaluées, tandis que des échantillons d'eau ont permis de mesurer la photosynthèse, la minéralisation et la concentration de particules dissoutes.

Ils entendent découvrir l'importance exacte que revêt le mécanisme de filtration du sable pour le renouvellement des substances organiques au littoral, évaluer ses effets sur la qualité de l'eau et comprendre ses capacités et ses limites. On pense que les sables littoraux, à l'instar d'un filtre à sable dans un aquarium, peuvent eux aussi être surchargés et encrassés, laissant de trop nombreuses particules dans l'eau qui nuisent ainsi à sa qualité et à son biote.

Lors de la présentation de certains résultats initiaux, le coordinateur le Dr Markus Hüttel a déclaré: "Nous sommes parvenus à suivre un cycle annuel complet et à prendre des mesures en profondeur à des moments cruciaux. Nous savons à présent que la capacité de perméabilité et de filtration des sables littoraux diverge considérablement en été et en hiver." Le Dr Hüttel a ajouté que l'une des observations les plus surprenantes concernait les niveaux élevés de dénitrification dans les couches plus profondes de sédiments de sable, alors que l'on pensait auparavant qu'il s'agissait d'une caractéristique typique des sédiments de limon: "Les sables littoraux influencent fortement le cycle de l'azote", a-t-il conclu.

L'équipe du projet COSA poursuivra ses travaux jusqu'en octobre 2005, date à laquelle elle intégrera et publiera les résultats finaux. Enfin, la présence de deux partenaires issus d'agences de protection de la nature en Pologne et en Allemagne garantira la transposition rapide et efficace de ces résultats dans la politique environnementale afin de garantir la protection de ces systèmes naturels essentiels et précieux.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi