Santé

Un phénomène astronomique qui brise des coeurs

ActualitéClassé sous :vie , tempête solaire , infarctus du myocarde

-

Lors d'une éruption solaire, des milliards de tonnes de matière s'échappent de la surface bouillonnante de la grande étoile de notre système et une bonne partie du gaz éjecté par le soleil se dirige directement vers l'atmosphère terrestre, provoquant des perturbations électromagnétiques capables de faire bien des dégâts. Jusqu'à présent, on ne se souciait que des ennuis causés par des interférences dans le réseau électrique ou des systèmes de communications de compagnies aériennes rendus inopérants à cause d'une tempête solaire.

Les spécialistes ont toujours affirmé qu'il n'y avait aucun danger direct pour l'humain. Et voilà qu'une étude auprès de 5.172 participants, tous les âges confondus, vient de démontrer le lien entre les perturbations électromagnétiques provoquées par le Soleil et une nette augmentation de cas d'infarctus du myocarde chez les personnes particulièrement susceptibles aux maladies cardiovasculaires.

« Lorsqu'ils évaluent les facteurs pouvant déclencher l'infarctus, les médecins ont l'habitude de tenir compte de la pression, la température et l'humidité, sans toutefois considérer l'aspect environnemental, soit l'électromagnétisme auquel nous sommes exposés », mentionne le physicien Ramón Rodríguez Taboada, qui a effectué les recherches avec l'ingénieur Pablo Sierra Figueredo, de l'Institut de Géophysique et Astronomie de Cuba.

Afin de mettre l'astronomie au service de la médecine, les chercheurs ont conçu des logiciels pour croiser des données des personnes ayant subi au moins un infarctus du myocarde lors de l'occurrence de tempêtes solaires électromagnétiques. Ils ont alors constaté que dans une période de neuf ans (de 1992 à 2000) la plupart des décès parmi les personnes âgées atteintes d'infarctus avaient lieu à l'occasion où on registrait ces phénomènes solaires. Les résultats dans un groupe de personnes de 64 ans et plus démontrent que le taux de morbidité dû à l'infarctus aigu du myocarde a augmenté le jour suivant la perturbation géomagnétique. Les deux scientifiques indiquent qu'après avoir détecté ce changement brusque dans la distribution temporelle des infarctus, le taux de morbidité se stabilise à nouveau dans les trois ou quatre jours suivant la tempête solaire. Au contraire de ce qu'on pourrait croire normalement, les chercheurs cubains soulignent que les infarctus fatales sont plus communs pendant l'hiver, et non pas pendant l'été, car la saison froide est un scénario plus favorable pour les tempêtes électromagnétiques. « Le corps humain est capable de sentir le stress provoqué par un environnement électromagnétique », renchérit Taboada.

Rappelons qu'une tempête solaire a déjà causé une panne générale d'électricité au Québec en 1989. Hydro-Québec informe que toutes les entreprises de transport d'électricité situées à des latitudes élevées sont vulnérables, mais celle du Québec l'est davantage parce que la province repose sur un immense bouclier de roche empêchant le courant de circuler dans la terre. L'électricité cherche alors un chemin, et les lignes électriques offrent un passage de moindre résistance. De plus, le réseau d'Hydro-Québec comporte de très longues lignes de transport, ce qui le rend encore plus vulnérable aux colères du Soleil. Cœurs sensibles s'abstenir.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi