Santé

Médecins sans frontière : "Nos opérations de secours se déploient"

ActualitéClassé sous :vie , médecins sans frontière , tsunami

Communiqué - Des volontaires MSF et du matériel sont arrivés au Sri Lanka et en Indonésie. Nos opérations de secours commencent à se déployer, tandis que l'évaluation des besoins des populations continue, afin d'apporter une aide adaptée dans les zones où nous intervenons. Des équipes sont également présentes en Inde, en Thaïlande ainsi qu'en Birmanie.

40 tonnes de matériel médical et sanitaire sont arrivés au Sri Lanka. © Tomas Van houtryve

Ce matin, 40 tonnes de matériel médical et sanitaire sont arrivés au Sri Lanka. Ce chargement (médicaments, bâches plastiques, kits d'assainissement de l'eau, nourriture spécialisée, etc.) permettra d'apporter une assistance à 30.000 personnes pendant trois mois. Une équipe de sept personnes (deux médecins, une infirmière, deux logisticiens, un administrateur et un chef de mission) s'est installée à Batticaloa, ville située sur la côte nord-est de l'île, particulièrement touchée, et où nous étions présents jusqu'à l'année dernière. Une autre équipe a atteint Ampara, plus au sud, où le nombre de personnes déplacées est important. Nous avons également identifié différentes zones d'intervention sur la côte sud, autour des villes de Galle et de Hambantota. Une vingtaine de volontaires devraient arriver en renfort dans les jours qui viennent, ainsi que 70 tonnes de matériel environ.

En Indonésie, nos premiers volontaires sont arrivés mardi à Banda Aceh, à la pointe nord de l'île de Sumatra, avec 3,5 tonnes de fournitures médicales pour démarrer les activités. L'ampleur des dégâts est impressionnante. Le raz-de-marée a détruit près de 60% de la ville. Les habitants du long de la côte se sont réfugiés dans la partie haute de la ville. Ils se construisent des abris de fortune dans les rues à l'aide de bâches plastiques. Plusieurs camps de personnes déplacées se sont constitués, notamment autour des mosquées. L'eau potable et la nourriture manquent dans certaines zones. L'hôpital principal de la ville sert désormais de morgue et ne fonctionne plus. L'hôpital militaire et une maternité s'adaptent à la situation pour tenter de prodiguer des soins. Les premiers patients reçus en consultation par notre équipe souffrent principalement de blessures infectées, d'infections respiratoires et de troubles post-traumatiques. Nous allons là aussi mettre en place des consultations mobiles et essayer de sortir de la ville pour évaluer les besoins et prodiguer les premiers soins. 70 tonnes de matériel d'urgence (fournitures médicales, générateurs, bâches plastiques, moustiquaires, kits d'assainissement de l'eau, etc.) ont atterri à l'aéroport de Medan, 400 kilomètres plus au sud. Plusieurs volontaires doivent arriver pour renforcer cette première équipe et une deuxième équipe est en route.

- L'évaluation des besoins continue

En Inde, suite à la mobilisation des services de l'Etat et des autorités locales dans la région du Tamil Nadu, sévèrement touchée, nous ne prévoyons qu'un soutien en matière de surveillance épidémiologique et pour la prise en charge des troubles post-traumatiques. Par ailleurs, deux volontaires sont arrivés hier sur l'île d'Andaman, proche de l'épicentre du séisme et donc très touchée. Notre intervention éventuelle dépendra de leur évaluation des besoins. Enfin, une mission exploratoire est également en cours aux alentours de Kanniyakumari, à l'extrême sud du pays.

En Thaïlande, une mission d'évaluation conduite par notre équipe déjà sur place a permis de constater un niveau d'assistance satisfaisant. Notre action se limite donc à un soutien ponctuel à deux hôpitaux de la côte thaïlandaise (mise à disposition de quatre infirmières dans un cas, fourniture de médicaments dans l'autre hôpital). De même, en Malaisie, nos équipes n'ont pas détecté de besoins justifiant une intervention de notre part. En Birmanie, la côte sud n'a pas été trop sévèrement touchée par le raz-de-marée, mais notre équipe va désormais se concentrer sur l'évaluation des besoins dans un groupe d'îles, encore non accessibles, au large de la côte.

- Les priorités : soins, eau, abris et nourriture

Suite à une catastrophe naturelle de cette ampleur, le travail pour nos équipes consiste tout d'abord à définir les besoins dans les zones touchées et à évaluer la réponse déjà apportée par les autorités locales ou d'autres acteurs de secours : dans de telles circonstances, on trouve souvent des groupes de population plus négligés par l'aide pour des raisons sociales, politiques ou économiques. Le cas échéant, la première urgence est d'assurer la prise en charge médicale des populations affectées, et de leur fournir des abris et de l'eau potable. Les vagues géantes ont en effet détruit les maisons et les infrastructures, et provoqué d'importants déplacements de population.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi