Santé

L'humanité : une évolution aux caractères bien spécifiques

ActualitéClassé sous :vie , gêne , développement cérébral

Les gènes qui interviennent dans la fonction et le développement cérébral ont évolué beaucoup plus rapidement chez les humains que chez les primates non-humains ou d'autres mammifères, en raison d'un processus de sélection naturelle unique relatif à la lignée humaine.

L'humanité : une évolution aux caractères bien spécifiques

"Les humains ont connu une évolution de leurs aptitudes cognitives non pas suite à quelques mutations accidentelles mais par l'opération d'une très grande quantité de mutations dans des conditions de sélection exceptionnellement intenses favorisant des aptitudes cognitives plus complexes," a déclaré Bruce Lahn, professeur à l'Université de Chicago et chercheur au Howard Hughes Medical Institute. "Nous avons tendance à considérer notre espèce comme différente, se situant au sommet de la chaîne alimentaire ; il y a quelque fondement à cela," ajoute-t-il.

L'évolution humaine, parce qu'elle a nécessité un grand nombre de mutations affectant un grand nombre de gènes, serait le fruit d'un processus unique. "Accomplir autant en un laps de temps évolutionnaire si court, quelques dizaines de millions d'années, requiert un processus sélectif qui serait très différent du point de vue des processus habituels d'acquisition de traits biologiques," précise Lahn. La tendance évolutionnaire se serait transformée en bond soudain à l'occasion de l'évolution humaine.

Afin de mener leurs recherches, les scientifiques ont examiné l'ADN de 214 gènes impliqués dans la fonction et le développement cérébral, pour quatre espèces : humains, macaques, rats et souris. Les primates se sont séparés des rongeurs il y a 80 millions d'années, les humains des macaques il y a 20 à 25 millions d'années, et les rats des souris il y a de cela 16 à 23 millions d'années. "Concernant les gènes liés au cerveau, il s'avère que le rythme d'évolution dans la lignée conduisant aux humains est beaucoup plus rapide que chez les autres espèces examinées," indique Lahn.

"Quels facteurs environnementaux, quelles conditions sélectives particulières, auraient conduit à des cerveaux aussi développés ?" s'interrogent les chercheurs. Lahn suggère qu'en raison du fait que les humains sont progressivement devenus des espèces plus sociales, de plus grandes capacités cognitives seraient devenues avantageuses. Le développement conduisant au cerveau humain ne peut être considéré comme l'équivalent neurologique du développement d'un bois ou d'une défense. L'étude, publiée dans le numéro du 29 décembre 2004 de la revue Cell, offre, selon Lahn, les premières indications génétiques de la position unique que les humains occupent dans l'arbre de la vie.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi