Santé

Crise alimentaire au Niger : des milliers de vie en danger

ActualitéClassé sous :vie , malnutrition , médecins sans frontières

-

Des dizaines de milliers de jeunes enfants souffrent de malnutrition au Niger. Des milliers sont dans un état sévère, avec danger de mort sans soins médicaux urgents. Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans a dépassé le seuil d'urgence, qui est de 2/10000/jour, depuis plus de deux mois dans des villages au nord de Maradi et de Tahoua selon une enquête nutritionnelle MSF/Epicentre.

© Médecins sans frontière

Ce n'est pas une catastrophe naturelle, cette grave crise alimentaire était prévisible et prévue de longue date. Malgré cela, les secours tardent toujours. Il est encore temps d'agir. " Il y a des milliers de morts évitables cet été, au Niger et ailleurs dans le Sahel. Il existe aujourd'hui des produits nutritionnels, faciles d'emploi pour les enfants, qui permettent de sauver des vies en quelques semaines de traitement. ", a déclaré Jean-Hervé Bradol, président de Médecins Sans Frontières, lors d'une conférence de presse le 28 juin.

Trois mesures exceptionnelles doivent être prises de toute urgence :

· La distribution gratuite de nourriture, dont une partie adaptée aux besoins des enfants
· L'accès aux soins gratuits des moins de cinq ans
· La mobilisation de toute urgence d'autres organismes d'action d'urgence

A ce jour, MSF a admis dans ses programmes de prise en charge de la malnutrition sévère plus de 9000 enfants depuis janvier dans les provinces de Maradi et de Tahoua. Le rythme des admissions augmente toujours ; en juin, plus de 1000 enfants sont admis chaque semaine dans les programmes MSF de Maradi, Dakoro, Keita et Tahoua. Nous savons que jusqu'en octobre, avec le manque de nourriture avant les récoltes et la recrudescence des maladies durant la saison des pluies, des milliers d'enfants basculeront à leur tour dans la malnutrition sévère s'ils ne sont pas accès à l'aide alimentaire et aux soins médicaux gratuits.

Le dispositif de sécurité alimentaire, co-géré par le gouvernement et les bailleurs de fonds, s'est engagé, dans les textes, à porter assistance à la population par des distributions gratuites de vivres en cas d'urgence alimentaire. La gravité de cette crise était reconnue en octobre, mais, en juin, l'aide alimentaire est toujours très insuffisante en volume et payante, inaccessible à toute une partie de la population.

Les mesures prises ne sont absolument pas à la hauteur des besoins. Alors que début juin le Premier Ministre nigérien s'était engagé à mettre en oeuvre l'accès aux soins gratuits des enfants malnutris, sur le terrain cette mesure n'est pas effective.

Fin juin, une distribution gratuite de vivres, pour plus de 1,6 millions de femmes et d'enfants, a débuté avec l'aide alimentaire fournie par des Etats arabes. Cette action ne peut être efficace que si des bailleurs de fonds la renforce par plusieurs milliers de tonnes de nourriture. Jusqu'ici, les réticences des bailleurs de fonds et du gouvernement concernant les distributions gratuites de nourriture bloquent la mise en place de secours adaptés.

"Il y a un déni d'urgence et si rien n'est fait avant novembre, chacun devra prendre ses responsabilités", a affirmé Emmanuel Drouhin, responsable des programmes MSF au Niger.

MSF prévoit de prendre en charge cette année plus de 20000 enfants sévèrement malnutris, soit le double de l'année dernière. C'est une de nos plus grosses opérations nutritionnelle de ces trente dernières années. Mais MSF seul ne peut pas faire face à cette urgence. Seule une intervention plus rapide et plus massive du gouvernement nigérien, des bailleurs de fonds et des autres ONG peut encore limiter la catastrophe. Il ne reste que quelques semaines pour sauver des milliers de vies au Niger.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi