Santé

Du corail cryopréservé ?

ActualitéClassé sous :vie , coraux , vitrification

C'est l'idée originale de Mary Hagedorn, une américaine spécialisée en biologie marine au Centre de Recherche de la Smithsonian Institution. Déjà bien impliquée dans la recherche sur la cryopréservation des embryons de poissons, son rêve est des plus louables : réussir à congeler des larves de corail pour pallier à une disparition future...

© www.fisheyeview.com Corail champignon

Au début du mois de juillet, la pleine Lune se reflète sur les eaux encore tranquilles d'Hawaii... Deux jours plus tard, il se produit un évènement grandiose qui émerveille toujours autant les scientifiques. Les coraux oeuvrent de concert pour se reproduire : des nuées colorées d'œufs mâles et femelles s'échappent des polypes ! En quelques heures, les premières larves, appelées planula, nagent à la recherche du meilleur endroit pour démarrer une vie plus paisible de corail fixé sur le fond.

L'équipe de chercheurs de l'Université d'Hawaii, menée par la biologiste Mary Hagedorn, est au rendez-vous également. Des grands noms de la cryobiologie, tels que Gregory Fahy et William Rall pionniers en la matière, s'apprêtent à participer à ce qui pourrait bien être une première mondiale : la congélation de coraux !

La cryopréservation est déjà bien maîtrisée : aujourd'hui, on l'utilise pour conserver des cellules isolées (globules rouges, spermatozoïdes, etc.) ou carrément des amas de cellules (embryons humains et animaux, vaisseaux, etc.). Elle consiste à conserver des éléments vivants à très basse température dans de l'azote liquide. Il s'agit ici de la vitrification, un procédé rapide de congélation qui préserve les tissus, le tout étant d'éviter la formation de cristaux de glace qui endommageraient les cellules. La solution ? Eliminer l'eau présente dans la planula pour la remplacer par une sorte d'antigel spécifique connu sous le nom de cryoprotecteur.

Les premières tentatives ont donc été réalisées sur le corail champignon (Fungia scutaria), une espèce qui n'est pas encore menacée. Si la cryoconservation s'avère être un succès -si un seul des embryons de corail congelés ressort intact après la décongélation- elle pourrait trouver des applications sur les autres types de coraux. Peut-être un nouvel espoir pour aider ces organismes à faire face au réchauffement climatique ?

Cela vous intéressera aussi