Fumer serait encore plus nocif pour le cœur qu’on ne le pensait déjà. En comparant des échographies de cœur de fumeurs actuels à celles de non-fumeurs, des chercheurs ont trouvé des différences de structure et de fonction.

Le tabagisme est responsable de plus de 8 millions de décès dans le monde chaque année selon l’Organisation mondiale de la santé. Chez les fumeurs, un bon nombre de décès évitables sont dus à des maladies cardiovasculaires telles que la crise cardiaquecrise cardiaque et l'accident vasculaire cérébral. Les effets néfastes du tabagisme sur les artères et les maladies artérielles sont déjà bien établis.

Cependant, des chercheurs danois estiment que le lien entre le tabagisme et la structure et la fonction cardiaque n'est pas clair. Ils présenteront les résultats de leur étude à paraître lors du congrès annuel de l'European Society of Cardiology qui se tiendra à Barcelone. Leurs travaux ont visé à déterminer si le tabagisme était lié à des modifications de la structure et de la fonction du cœur chez des personnes ne souffrant pas de maladie cardiovasculaire, ainsi que l'effet d'un changement des habitudes tabagiques.

Arrêter de fumer annule certains dommages cardiaques

L'équipe a comparé les échographieséchographies de cœur des fumeurs actuels à celles des personnes n'ayant jamais fumé. « Nous avons trouvé que le tabagisme actuel et l'accumulation de paquets-années [soit le nombre de cigarettes fumées au cours d'une vie] étaient associés à une détérioration de la structure et de la fonction de la chambre cardiaque gauche, la partie la plus importante du cœur », explique le Dr Holt, auteure de l'étude.

D'après la nouvelle étude, le tabagisme actuel est associé à une détérioration de la structure et de la fonction de la chambre cardiaque gauche (la partie droite sur le schéma). © SciePro, Adobe Stock
D'après la nouvelle étude, le tabagisme actuel est associé à une détérioration de la structure et de la fonction de la chambre cardiaque gauche (la partie droite sur le schéma). © SciePro, Adobe Stock


« En outre, nous avons constaté que sur une période de 10 ans, les personnes qui ont continué à fumer ont développé un cœur plus épais, plus lourd et plus faible - moins capable de pomper le sang - par rapport aux personnes qui n'ont jamais fumé et à celles qui ont arrêté de fumer pendant cette période. » Bonne nouvelle, laisser tomber la cigarette permet donc d'annuler certains dommages causés au cœur.