La fermeture des écoles pourrait être à l'origine de perte en matière de gains d'apprentissage. © Halpoint, AdobeStock
Santé

Quelles conséquences la fermeture des écoles aura-t-elle sur nos enfants ?

ActualitéClassé sous :psychologie , école , fermeture des établissements scolaires

Une récente étude menée aux Pays-Bas permet de nous interroger sur les conséquences qu'a eues et que va potentiellement avoir encore la fermeture sporadique des écoles pendant la pandémie de Covid-19 sur nos enfants. 

---

Découvrez Covipod, le podcast dédié à l'actualité du coronavirus

Toutes les deux semaines, rejoignez Julie Kern, journaliste santé diplômée d'un master en infectiologie, pour un tour d'horizon des dernières actualités et des mesures adoptées pour contrer la pandémie.

---

Le 16 mars 2020, la France entamait son premier confinement et fermait ses écoles. Depuis, d'autres fermetures ont sporadiquement eu lieu, dont la plus récente s'est terminée le 26 avril dernier. Une récente étude publiée dans la revue Proceedings National Academy of Science (PNAS) s'est interrogée sur les conséquences des fermetures successives aux Pays-Bas sur les enfants. Pour en discuter, nous avons interrogé Grégoire Borst, Professeur de psychologie du développement et de neurosciences cognitives de l'éducation et directeur du Laboratoire de psychologie du développement et de l'éducation de l'enfant à l'Université de Paris. 

Se défaire d'une conception anachronique 

Avant d'entrer au cœur des données empiriques, il est bon de se demander comment se déroule, dans les grandes lignes, le développement cognitif de l'enfant et comment il parvient à acquérir une bonne littératie et numératie. « Tout d'abord, il faut démystifier une vision erronée qui est encore trop courante dans le domaine du développement de l'enfant : ce dernier ne se fait pas de façon linéaire en passant par des grands stades comme l'avait théorisé Jean Piaget, un précurseur de cette discipline scientifique, précise Grégoire Borst. Le chercheur poursuit : on sait désormais qu'il n'existe pas de tels stades et que le développement de l'enfant que ce soit au niveau de la motricité ou des capacités de raisonnement plus abstraites est parsemé de régressions, de progressions fulgurantes et de stagnations. »

Pour se développer, l'enfant n'attend pas l'école... 

Qui n'a jamais observé un enfant appréhender la lecture très tôt, avant même sa scolarisation ? En effet, la construction de la littératie et de la numératie n'attend pas le début de l'éducation scolaire. « Il existe des facteurs qui vont amorcer et favoriser l'apprentissage de la lecture et des mathématiques. Par exemple, le nombre de mots dans le vocabulaire de l'enfant, des processus transversaux comme le contrôle cognitif ou encore le contrôle de soi, le système approximatif du nombre, etc. », nous explique Grégoire Borst. 

L'école est primoridale pour la transmission des outils épistémiques et culturels qui ne peuvent pas être appréhendés sans elle. © Pressmaster, Shutterstock

...mais il en a besoin ! 

« L'objectif de l'école, c'est de transmettre des outils culturels apparus récemment à l'échelle de l'histoire de notre espèce », affirme Grégoire Borst. De fait, tout ce que nous apprenons à l'école fait partie d'un ensemble d'acquis apparus très tardivement dans l'histoire de l'humanité. Sans cette transmission, notre cerveau serait bien incapable de développer ces compétences cruciales. « Lors de l'apprentissage de la lecture, le cerveau de l'enfant va se reconfigurer : certaines régions visuelles du cerveau vont être intégrées aux régions impliquées dans le traitement  du langage qui préexiste avant même l'apprentissage du langage. Les apprentissages scolaires fondamentaux, comme la lecture et les mathématiques, sont donc sous-tendus par des mécanismes de neuroplasticité qui reconfigurent les connexions entre différentes régions du cerveau de l'enfant », détaille le chercheur. 

Une perte en matière de gains d’apprentissages

Revenons maintenant à notre étude. Ce qu'elle suggère, c'est qu'il y a eu, notamment à cause de la période de fermeture des écoles, une perte d'accumulation des connaissances en mathématiques, en orthographe et en lecture chez les élèves d'écoles primaires. En France, Grégoire Borst nous affirme que des résultats similaires ont été observés : « Des pertes de gains d'apprentissages fondamentaux attendus ont été constatées. Néanmoins, il semble clairement y avoir un effet âge-dépendant et une possibilité que ces effets soient réversibles. Par exemple, chez les élèves en classe de sixième, les effets semblent beaucoup moins prononcés. Les résultats des évaluations nationales menées par la DEPP [Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance, ndlr] chez les élèves de CE1, qui étaient en CP lors de la fermeture des écoles, suggéraient que les déficits d'apprentissages s'étaient en partie résorbés. »

Des conséquences en matière de perte de gains d'apprentissages ont été observées en Europe. © Spass, Fotolia

Quelles conséquences à long terme ?

Ces résultats préliminaires sont-ils inquiétants étant donné que, comme le soulève Grégoire Borst, « l'école primaire est une période cruciale pour l'acquisition des savoirs fondamentaux, comme la lecture et les mathématiques. Par exemple, il faut à un enfant trois à quatre ans d'apprentissage pour devenir un lecteur expert » ou bien sont-ils à interpréter avec précaution compte tenu du développement non linéaire de l'enfant, du facteur âge ou encore de la possibilité de réversibilité de certains effets ? Des modèles mathématiques s'intéressent à cela. « Il existe deux types de modèles qui tentent de prédire les conséquences à long terme d'événements comme la fermeture des écoles pendant une période donnée : les modèles d'atténuation et d'amplification. Dans les modèles d'atténuation, les différences observées à l'origine auront tendance à s'estomper au cours du temps. Dans les modèles d'amplification, une petite différence observée à l'origine peut aboutir quelques années plus tard à des différences très prononcées. »

Sans surprise, l'étude hollandaise suggère que les conséquences seront plus prononcées et potentiellement désastreuses pour les élèves issus de milieux socio-économiques défavorisés. « La fermeture des écoles ne fait qu'aggraver et mettre en lumière un phénomène déjà existant, celui des inégalités éducatives. En France, nous sommes l'un des pays d'Europe les moins bien classés en matière de résorption de ces inégalités, déplore Grégoire Borst. Le chercheur prévient : c'est à ce niveau qu'il faudra récolter beaucoup de données et être vigilant dans les années à venir afin d'éviter que les inégalités ne s'accroissent encore plus. »

Les milieux socio-économiques défavorisés sont et seront les plus impactés par la fermeture sporadique des écoles. © Romolo Tavani, Adobe Stock

Facteurs de confusion et conclusions hâtives 

Ce que l'on peut reprocher à ce type d'étude, c'est qu'elle tente de cerner l'effet, toutes choses égales par ailleurs, de la fermeture des écoles. Cependant, cela fait un an que nous évoluons tous - parents comme enfants - au sein d'une situation extrêmement stressante et anxiogène. Dès lors, toutes choses ne sont pas égales par ailleurs. Grégoire Borst nous explique : « Les études démontrent que le stress chronique a des effets importants sur l'ensemble des structures cérébrales impliquées dans les apprentissages des élèves. Pour l'instant, il est difficile de distinguer les influences respectives de tous ces facteurs entremêlés dans les pertes de gain d'apprentissage constatées. »

Le chercheur désapprouve également le fait que l'on puisse se servir de cette étude pour critiquer l'usage du numérique lors de ces fermetures. Même si l'étude ne porte absolument pas sur ce sujet, certaines personnes sont, selon Grégoire Borst, tentées d'induire que les déficits observés dans les apprentissages révèlent que l'éducation à distance via le numérique n'a servi à rien. Une affirmation qui nous étonne et qui contrarie le chercheur. « Nous n'avons aucun groupe contrôle pour vérifier cette affirmation étant donné que l'ensemble des élèves a pu bénéficier d'une continuité pédagogique à distance via le numérique. Il est donc tout à fait envisageable que le distanciel, grâce aux outils numériques notamment, ait permis de réduire les déficits qui auraient pu être constatés sans cette continuité pédagogique. C'est une hypothèse qui mériterait d'être envisagée en évitant toute lecture dogmatique des résultats de cette étude », conclut Grégoire Borst.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !