Quels liens entre le caractère d'un bébé et sa personnalité une fois adulte ? © Oksana Kuzmina, Adobe Stock
Santé

Les bébés garderaient leurs traits de caractère à l'âge adulte

ActualitéClassé sous :psychologie , comportement des bébés , tempérament

D'après une étude menée par des chercheurs américains, certains comportements des bébés de 14 mois pourraient permettre de prédire quelques traits de leur personnalité d'adulte.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] « Le Cerveau des enfants, un potentiel infini ? » : apprendre à être  Dans cet extrait du documentaire Le Cerveau des enfants, un potentiel infini ? de Stéphanie Brillant, diffusé par Jupiter Films et qui sort en France le 23 mai, Allan Shore, psychologue états-unien, évoque l'importance de la relation mère-enfant dans le développement du cerveau. Avec le nourrisson, explique-t-il, l'interaction est gestuelle et comportementale : la mère n'a rien d'autre à faire qu'être elle-même pour que le bébé apprenne à être, lui aussi. 

Une étude, menée par des chercheurs de l'université du Maryland, de la Catholic University of America et du National Institute of Mental Health, s'est intéressée à 165 bébés âgés de 14 mois pour évaluer un type de tempérament spécifique chez les petits, à savoir l'inhibition comportementale (IC). Les nourrissons et les enfants qui affichent ce trait de caractère ont tendance à être prudents voire craintifs envers des personnes, des objets et des situations qu'ils ne connaissent pas. Des recherches précédentes avaient montré que les enfants affichant une inhibition comportementale étaient plus susceptibles de développer un certain isolement social et des troubles de l'anxiété que les enfants sans inhibition.

Pour analyser leur développement, les chercheurs ont évalué 115 des enfants précités lorsqu'ils ont atteint 15 ans et 109 à l'âge de 26 ans. Les chercheurs ont évalué leurs psychopathologies, leur personnalité, leur fonctionnement social et leurs résultats académiques et professionnels.

Peut-on prédire la personnalité des adultes dès le plus jeune âge ? © Oksana Kuzmina

L'inhibition comportementale chez les tout jeunes enfants

Leurs conclusions, reprises par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, ont montré que les nourrissons touchés par l'inhibition comportementale avaient tendance à afficher une personnalité plus réservée à l'âge de 26 ans. Ils rapportaient aussi moins de relations sentimentales au cours des dix années précédentes et moins d'interactions sociales et familiales que les sujets sans IC. En revanche, l'inhibition comportementale n'était pas liée aux résultats académiques ni professionnels. Les scientifiques ont par ailleurs trouvé que les enfants plus susceptibles aux erreurs à l'âge de 15 ans enregistraient un risque accru d'intériorisation de troubles tels que l'anxiété et la dépression à l'âge adulte.

Pour une détection précoce des risques des troubles à l'âge adulte

« Alors que de nombreuses études établissent un lien entre le risque de psychopathologie et le comportement des petits enfants, les résultats de notre étude sont uniques », a expliqué Daniel Pine, l'un des auteurs de l'étude. « C'est parce que notre étude a évalué le tempérament très tôt dans la vie, établissant un lien avec des résultats se produisant plus de 20 années plus tard (...). » Les chercheurs expliquent que leurs résultats pourraient aider à simplifier la détection précoce du risque chez certains individus susceptibles de développer des troubles à l'âge adulte. « Nous avons étudié la biologie de l'inhibition comportementale au fil du temps et il est clair qu'elle influence profondément le développement », a ajouté l'auteur le Dr. Nathan Fox, mais tout en précisant que de plus amples recherches notamment sur des groupes de personnes plus importants et plus divers étaient nécessaires.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !