Les cauchemars chez les séniors seraient-ils un signe de maladie de Parkinson à venir ? © Iassedesignen, Fotolia
Santé

La maladie de Parkinson serait associée à des cauchemars récurrents

ActualitéClassé sous :parkinson , cerveau , cauchemars

[EN VIDÉO] La maladie de Parkinson  La maladie de Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative la plus répandue, derrière la maladie d'Alzheimer. 

Les cauchemars fréquents chez les seniors pourraient constituer un signe très précoce de la maladie de Parkinson, selon une étude récente menée au Royaume-Uni. 

Les rêves qui se transforment en cauchemars sont-ils le signe d'un problème de santé à venir ? Un tel lien de causalité n'a jamais été démontré par la science moderne. En revanche, une chercheuse de l'université de Birmingham, en Angleterre, a fait une observation fascinante, qui n'a pas la même valeur scientifique qu'une causalité. Les seniors qui font un cauchemar au moins une fois par semaine ont plus de risques de développer la maladie de Parkinson dans les années suivantes. L'étude est une prépublication disponible sur le serveur de The Lancet.

Le risque de Parkinson augmente avec l’âge. © Chinnapong, Fotolia

Les seniors qui font fréquemment des cauchemars sont-ils plus enclins à développer la maladie de Parkinson ?

Cette observation a été faite à partir du suivi de 3.830 hommes sans signe de Parkinson qui ont suivi un questionnaire sur la fréquence de leur cauchemar durant chaque mois. Ceux qui ont rapporté faire au moins un cauchemar par semaine ont été suivis pendant une dizaine d'années. En tout, 91 hommes de la cohorte ont développé la maladie de Parkinson à l'issue du suivi. Les calculs montrent que ceux qui ont fait des cauchemars ont deux fois plus de risques de contracter cette maladie neurodégénérative - et six fois plus quand on resserre sur les quatre années précédant le diagnostic. Cela signifie qu'une personne atteinte de Parkinson pourrait faire des mauvais rêves avant même de ressentir les symptômes physiques caractéristiques de cette maladie comme les tremblements ou les raideurs musculaires.

« Nous devons faire plus de recherche dans ce domaine, identifier l'intérêt des mauvais rêves et des cauchemars qui pourrait indiquer que les individus séniors qui expérimentent des changements de rêves - sans déclencheur évident - devraient consulter un médecin », explique Dr Abidemi Otaiku qui a mené seule ces recherches

Abidemi Otaiku étudie depuis longtemps les rêves dans le cadre de la maladie de Parkinson. Dans une précédente étude, elle avait suggéré que les cauchemars fréquents pourraient être annonciateurs du déclin cognitif et moteur typique de Parkinson. Les raisons biologiques de ce changement dans le subconscient ne sont pas connues, mais feront l'objet de futures recherches, tout comme la validation des observations faites ici, sur un groupe de patients plus grand et plus divers. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !