Quel est le secret des super-seniors pour vieillir sans souffrir de démence ? Des scientifiques viennent de découvrir qu'ils possédaient des neurones de très grande taille dans une région du cerveau cruciale pour la mémoire et qui est souvent atteinte par la maladie d'Alzheimer.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Bientôt un test sanguin pour dépister la maladie d'Alzheimer ? Un test sanguin pour dépister la maladie d'Alzheimer qui pourrait être fait chez votre médecin serait bientôt possible.

Les neurones qui résident dans une région du cerveau impliqué dans la mémoire, le cortex entorhinal, sont exceptionnellement grands chez les « super-seniors ». Les « super-seniors » sont des octogénaires qui présentent des capacités cognitives et de mémorisation comparables à celles de personnes 20 à 30 plus jeunes. « L'observation remarquable que les "super-seniors" présentent des neuronesneurones plus grands que les plus jeunes pourrait impliquer que ces grandes cellules étaient présentes à la naissance et ont persisté tout au long de leur vie. Nous concluons que ces neurones plus grands sont une signature d'une trajectoire de "super-vieillissement" », a déclaré l'autrice Tamar Gefen, assistante-professeure à la Feinberg School of Medicine à Chicago, dans l'Illinois (États-Unis). 

Le cortex entorhinal fait partie du système limbique et est situé à proximité de l'hypothalamus. C'est l'une des premières zones touchées par la maladie d'Alzheimer. © neuromedia.com
Le cortex entorhinal fait partie du système limbique et est situé à proximité de l'hypothalamus. C'est l'une des premières zones touchées par la maladie d'Alzheimer. © neuromedia.com

Les super-neurones des super-seniors

Les scientifiques ont concentré leur analyse sur la couche II du cortex entorhinal, une couche dense en neurones impliqués dans la mémoire. Les neurones mesurés dans le cerveau de six super-seniors, sur des échantillons post-mortem, sont plus grands que ceux d'individus plus jeunes, mais aussi épargnés par les agrégats de protéines Tauprotéines Tau, un marqueur biologique présent chez les patients atteints d'Alzheimer. Pour des raisons qui échappent encore aux scientifiques, les neurones du cortex entorhinal sont particulièrement sensibles à l'accumulation pathologique de protéine Tau et la maladie d'Alzheimer est souvent associée à une atrophieatrophie de cette région cérébrale. 

Reste à savoir pourquoi les neurones des super-seniors sont plus grands et si résistants aux agrégats de protéines Tau. Les chercheurs pensent orienter leur recherche sur l'environnement cellulaire qui entoure ces neurones si particuliers.