Les analgésiques de demain, à base de venin de tarentule, sont en cours d'élaboration. Ils seraient moins addictifs et présenteraient moins d'effets secondaires, contrairement aux médicaments habituellement prescrits pour soulager la douleur. 

Alors que de plus en plus d'adultes souffrent de douleurs chroniques, un nouvel analgésique à base de venin de tarentule pourrait bientôt exister. En 2016, lors du Congrès annuel de la Société américaine de biophysique, des chercheurs de l'Université de Queensland avaient évoqué le potentiel du peptidepeptide ProTx-II, présent dans le veninvenin de la tarentule verte du Pérou (Thrixopelma pruriens) qui, en se liantliant aux membranes des neurones, permet d'inhiber certains récepteurs de la douleurdouleur.

Quatre ans plus tard, un médicament expérimental (connu sous le nom EC5026) à base de ce venin, avait été élaboré dans l'Université de Californie, à Davis. Celui-ci bloquerait la cause sous-jacente de certains types de douleurs, en inhibant l'enzymeenzyme époxyde hydrolase soluble (sEH), une enzyme régulatrice clé, impliquée dans le métabolismemétabolisme des acides grasacides gras. La Food and Drug Administration (FDAFDA) lui avait même accordé une procédure accélérée (Fast Track Designation) pour faciliter son développement. 

L'objectif de ces avancées : mettre fin à la dépendance aux opioïdes, comme la morphine, le tramadol, ou la codéine, et créer des thérapies non-addictives, sans effets secondaires, pour traiter la douleur.

Voir aussi

Comment le cerveau module l’intensité de la douleur

Comment fabriquer un analgésique à base de venin de tarentule ? 

Désormais, une équipe de chercheurs, de la même Université, menée par Vladimir Yarov-Yarovoy, professeur de physiologie et de biologie des membranes, et Heike Wulff, professeur de pharmacologie, a synthétisé le peptide de la tarentule à l'aide de la biologie computationnelle. Pour ce faire, ils ont utilisé le programme informatique Rosetta, développé par l'Université de Washington. Un logiciellogiciel de modélisationmodélisation complexe qui a permis à l'équipe de fabriquer de nombreuses itérations différentes du peptide, qu'elle a pu ensuite synthétiser et tester en laboratoire.

Des chercheurs de l'Université de Californie à Davis, ont développé un nouveau type d'analgésique à base de venin de tarentule. © US Davis Health 

« En utilisant le logiciel RosettaRosetta, nous pouvons prendre un peptide naturel, puis le synthétiser et en faire un produit thérapeutique, a déclaré le professeur Yarov-Yarovoy. Nos peptides phares montrent déjà une efficacité au même niveau que la morphine, mais sans les effets secondaires des opioïdes. » Même s'il reste encore du travail, les résultats préliminaires de l'étude sont extrêmement prometteurs et les chercheurs estiment qu'un médicament sera mis au point dans les cinq prochaines années, selon le communiqué de presse de l'établissement.