Yohann Diniz, double champion d’Europe du 50 km marche et recordman du monde, apporte son soutien dans un clip aux personnes atteintes de la maladie de Willis Ekbom, ou syndrome des jambes sans repos. La pathologie, méconnue du grand public et de certains spécialistes, toucherait plus de 8 % de la population française.
Cela vous intéressera aussi

L'Association française contre le syndrome des jambes sans repossyndrome des jambes sans repos (AFSJR) a dévoilé, mercredi 2 mai, un clip vidéo destiné à sensibiliser les Français à la maladie de Willis Ekbom, également connue sous le nom de syndrome des jambes sans repos. L'association a fait appel à l'athlète français Yohann Diniz, double champion d'Europe de marche athlétique (2006 et 2010), et à Jean-Jacques Goldman.

Peu connue du grand public, la maladie de Willis Ekbom est une pathologiepathologie neurologique sensorimotrice, chronique et évolutive, qui touche environ 8,5 % des Français. Les personnes malades sont obligées de marcher la nuit pour limiter les sensations de brûlure ressenties dans les jambes, provoquant une importante fatigue, voire un état dépressif.


Yohann Diniz se retrouve à marcher dans la rue en solidarité avec toutes les personnes atteintes de la maladie de Willis Ekbom. © AssoFranceEkbom, Youtube

Pour tous ceux qui marchent seuls la nuit

Pour sensibiliser les Français à cette maladie, l'AFSJR lance une vidéo autour de Yohann Diniz et de nombreux anonymes. L'ensemble des protagonistes de ce clip se rejoint dans les rues de Reims (dans l'Est de la France), durant la nuit, pour une marche originale. Cette balade nocturnenocturne est accompagnée par la chanson Je marche seul de Jean-Jacques Goldman.

« Aujourd'hui, des gens sont obligés de marcher seuls la nuit parce que leurs jambes refusent de s'arrêter et les empêchent de dormir. Lorsque l'AFSJR m'a contacté, il m'est apparu naturel d'apporter par mon engagement un espoir à toutes ces personnes », confie Yohann Diniz.

Les internautes peuvent visionner le clip sur le site InternetInternet de l'association, ainsi que sur les réseaux sociauxréseaux sociaux.