En cette Semaine nationale de lutte contre le cancer, Futura-Sciences profite de l’occasion pour vous expliquer comment la recherche s’organise pour combattre la première cause de mortalité en France. De la théorie à la pratique, il y a de nombreuses étapes qui nécessitent un travail d’équipe pour être franchies...
Cela vous intéressera aussi

La mortalité du cancer recule. Pourtant, en parallèle, l'incidenceincidence de la maladie augmente. C'est donc bien la preuve que la médecine progresse et que les efforts engagés dans la lutte contre le cancer se montrent efficaces. Le secret ? Une segmentation du travail et une organisation précise qui permettent aux différents acteurs de la chaîne d'être en contact permanent.

C'est pour mieux rendre compte de ce schéma organisationnel que Futura-Sciences est allé tourner deux vidéos dans les locaux du Centre de recherche en cancérologiecancérologie de Marseille (CRCM) et à l'hôpital attenant, l'Institut Paoli-Calmettes. Trois spécialistes, impliqués à différents niveaux, nous expliquent leur mission.

Les médecins font profiter les patients des dernières nouveautés émanant des travaux des premiers maillons de la chaîne. Avant de retranscrire à ces niveaux les nouveaux problèmes rencontrés pour trouver de nouvelles solutions. © Futura-Sciences

Lutte contre le cancer : de la théorie à la pratique

C'est alors que le témoin est passé aux médecins. Norbert Vey, oncologueoncologue à l'Institut Paoli-Calmettes, est l'un de ceux qui transfèrent les connaissances établies au préalable jusqu'aux patients. En ciblant mieux les tumeurs, les chances de s'en débarrasser augmentent. De découverte en découverte donc, les thérapiesthérapies deviennent de plus en plus adaptées, expliquant le recul de la mortalité.

La boucle ne s'arrête pas là. Les médecins font aussi face à des écueils qui empêchent la guérisonguérison. L'information remonte alors jusqu'aux scientifiques en recherche fondamentale, qui voient une nouvelle piste à suivre et de nouvelles moléculesmolécules à utiliser pour tenter de réduire à néant les cellules cancéreuses résistantes aux traitements.

Ainsi, tous les maillons de cette chaîne sont interconnectés et en communication permanente pour éradiquer l'ennemi commun. C'est donc grâce à tous ces efforts collectifs que la principale cause de mortalité en France recule année après année. À une telle vitessevitesse, des scientifiques britanniques ont même calculé qu'entre 2010 et 2030, le nombre de décès par cancer devrait encore diminuer de 17 %, quand en parallèle l'incidence pourrait augmenter de 75 %. Si l'on pouvait inverser ces chiffres...