Santé

Le vaccin antigrippal est moins efficace chez les personnes obèses

ActualitéClassé sous :médecine , grippe , vaccin

Des chercheurs américains ont étudié l'efficacité du vaccin antigrippal chez les personnes obèses. Selon les résultats de leur étude, la protéine de défense immunitaire, produite après exposition au virus de la grippe, n'a été retrouvée que chez 25 % des personnes obèses de l'étude, contre 75 % des personnes de poids normal. 

Au cours de l'étude, le taux d'anticorps relevé chez les personnes obèses était quatre fois moins élevé pour 50 % d'entre eux, contre 25 % chez les personnes de poids normal. © DR

Selon un travail américain, le vaccin contre la grippe serait moins efficace en cas d'obésité... Est-ce à dire que les personnes qui en sont atteintes devraient recevoir des doses plus importantes de vaccin ? Les auteurs ne se prononcent pas. Ils insistent néanmoins sur l'importance de trouver des solutions à ce problème... peut-être pas si inattendu que cela.

Le Pr Melinda Beck, de l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill, s'était déjà intéressée à l'obésité et à la grippe. Dans une étude précédente, elle avait montré que la mortalité liée à cette maladie était bien plus élevée chez les souris obèses que chez des rongeurs de poids normal.

L'étude réalisée sur des humains a confirmé les expériences sur les souris révélant la moindre efficacité du vaccin antigrippal chez les individus obèses. © Labo rama, CC

L'étude réalisée sur des humains a confirmé les expériences sur les souris révélant la moindre efficacité du vaccin antigrippal chez les individus obèses. © Labo rama, CC

Vaccin contre la grippe : une efficacité moindre chez les obèses

Son nouveau travail a été mené chez l'Homme. D'une recherche menée auprès de 461 personnes vaccinées contre la grippe, elle retire le constat que l'immunité obtenue a été de nettement moins bonne qualité parmi la population obèse. Elle a pour cela relevé le taux d'anticorps présents onze mois après une vaccination antigrippale. Résultat, chez la moitié des sujets obèses celui-ci s'est révélé quatre fois moins élevé. Or ce déficit d'immunité n'a été observé que chez le quart des participants de poids normal. Ce qui signifie que chez les obèses le vaccin antigrippal est efficace moins longtemps.

Melinda Beck et son équipe ont ensuite prélevé des échantillons de sang sur tous les participants à cette étude, avant de les exposer au virus de la grippe. Logiquement, cette expérience aurait dû induire la production par le système immunitaire d'une protéine appelée interféron-gamma. Celle-ci, qui permet à l'organisme de lutter contre l'infection, n'a pourtant été retrouvée que dans 25 % des échantillons provenant de personnes obèses, contre 75 % dans l'autre groupe.

« Nous savions déjà que l'obésité altérait l'efficacité des vaccins contre l'hépatite B et le tétanos chez les enfants, explique Melinda Beck. Concernant le vaccin contre la grippe, nous avons besoin de mener d'autres études. Mais les données dont nous disposons doivent déjà nous inciter à trouver des solutions. »

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi