Santé

Une protéine explique la résistance des singes aux VIH

ActualitéClassé sous :médecine , VIH , virus

Une équipe américaine a mis en évidence un mécanisme protégeant les singes du virus VIH (responsable du Sida chez l'homme) indépendamment des anticorps et des globules blancs du système immunitaire.

Une protéine explique la résistance des singes aux VIH

L'étude menée est partie d'un fait bien connu : certaines espèces de primates de l'Ancien Monde, comme les macaques, les babouins ou les mangabeys, semblent imperméables au VIH, alors qu'ils sont sensibles à son cousin, le virus de l'immunodéficience simien (SIV).

Afin de mieux comprendre ce phénomène, Joseph Sodroski et ses collègues ont d'abord créé des pathogènes hybrides possédant une capside d'origine simienne et des gènes humains qui se sont révélés capables d'infecter les singes. Ils ont ensuite imaginé de produire des virus présentant une capside moitié humaine moitié simienne.
Mais ces virus-là n'ont pas pu pénétrer l'intérieur des cellules singes. Cette résistance serait liée, selon les chercheurs, à une protéine appelée TRIM5-alpha.

En effet, l'introduction du gène codant pour TRIM5-alpha dans des cellules humaines permet de bloquer l'infection par le VIH tandis qu'à l'inverse, le fait de bloquer ce gène dans des cellules de singe suffit à rétablir une susceptibilité au VIH.

La découverte ne devrait pas déboucher à court terme sur l'élaboration de médicaments contre le Sida, mais tout nouveau moyen d'agir sur le cycle de vie du virus peut ouvrir des voies de thérapies antivirales intéressantes. Elle pourrait également permettre d'expliquer l'immunité naturelle au VIH ou à d'autres virus constatées chez certaines personnes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi