Du gras s'installerait dans les poumons lorsqu'on grossit. © freshidea, Fotolia

Santé

En prenant du poids, du gras s'installerait dans nos poumons

ActualitéClassé sous :médecine , biologie , poumon

Selon une récente étude, de la graisse pourrait bel et bien pénétrer dans nos poumons et endommager nos capacités respiratoires lorsqu'on est atteint de surcharge pondérale. 

Des chercheurs viennent de faire une découverte inédite : chez les personnes en surpoids ou obèses souffrant de maladies respiratoires, on retrouve plus de graisse dans leurs poumons que chez les autres après la mort. En effet, ces observations ont été réalisées par John Elliot, chargé de recherche à l'hôpital Sir Charles Gairdner de Perth en Australie et son équipe, sur des patients qui avaient fait don de leur corps à la science.

La communauté scientifique savait déjà que le risque de maladies respiratoires était accru en cas de surpoids ou d'obésité mais n'avait jamais observé de graisse à l'intérieur des poumons de personnes malades. C'est en cela que la conclusion de leur étude, publiée dans L'European Respiratory Journal, est inédite. Les patients étaient soit mort d'une cause annexe soit mort de la maladie respiratoire pour laquelle ils ont été inclus dans l'étude. Enfin, le taux de graisse dans les poumons a été comparé à des personnes décédées ne souffrant d'aucune maladie respiratoire. 

Présence de graisse : causalité ou conséquence ?

Si les hypothèses fusent dans la tête des scientifiques, comme l'aggravation de l'inflammation ou l'épaississement des voies respiratoires en réponse à l'envahissement de la graisse, le problème de la causalité reste entier. Comment savoir, étant donné que les patients sont morts, si ce phénomène se produit en amont de la maladie ou lorsque le patient est décédé. Néanmoins, dans le doute, les personnes ayant des problèmes respiratoires tels que l'asthme devraient bénéficier de conseils afin de maintenir un poids « sain »

Pour le professeur Thierry Troosters, président de la Société européenne de pneumologie, ces résultats sont très précieux : « Il s'agit d'une conclusion importante sur la relation entre le poids corporel et les maladies respiratoires, car elle montre comment l'excès de poids ou l'obésité pourrait aggraver les symptômes chez les personnes souffrant d'asthme. Cela va au-delà de la simple observation selon laquelle les patients atteints d'obésité ont besoin de mieux respirer avec l'activité et l'exercice, ce qui alourdit leur charge ventilatoire. »

  • Des corrélations existaient entre surpoids, obésité et maladies respiratoires. 
  • La façon dont le poids influençait la survenue de ces maladies était floue. 
  • Selon cette récente étude, de la graisse pourrait s'infiltrer dans les poumons, rendant le terrain propice à l'inflammation et à l'épaississement des parois respiratoires. 
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : détecter le cancer du poumon grâce à une prise de sang  Chaque année, le cancer du poumon touche entre 30.000 et 40.000 personnes en France. C’est aussi le cancer qui fait le plus de morts, en partie à cause des dépistages trop tardifs. Récemment, une équipe de chercheurs français a mis en place un système de diagnostic précoce du cancer du poumon. Futura-Sciences est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et auteur de cette étude, pour qu’il nous donne plus de détails sur sa découverte.