Santé

Paludisme : en 2006, près d'un million de morts... seulement

ActualitéClassé sous :médecine , OMS , paludisme

Malgré l'ampleur du chiffre, l'annonce d'un peu moins d'un million de victimes par l'OMS est considérée comme une bonne nouvelle car on en attendait le double... Rappel : la moitié de l'Humanité est concernée.

Cartes des risques. Celle du haut s'appuie sur la présence du parasite (P. falciparum) et celle du bas sur la prise en compte des conditions climatiques (température et aridité). En rouge : risque moyen à élevé. En rose : risque faible. En gris : risque quasiment nul. En gris foncé : données insuffisantes. © Malaria Atlas Project

Dans son Rapport sur le paludisme dans le monde 2008 qui vient d'être rendu public, l'OMS se félicite des progrès enregistrés par une partie des 109 pays toujours endémiques. Bien sûr, des efforts sérieux restent à fournir, surtout en Afrique. Le continent noir demeure en effet de loin le plus touché.

212 millions de malades (soit 86% des 247 millions de cas rapportés dans le monde) y ont été enregistrés en 2006. Parmi eux, 80% sont concentrés dans 13 pays, dont la moitié au Nigéria, en République démocratique du Congo, en Ethiopie, en République Unie de Tanzanie et au Kenya. Mais pour la première fois, trois pays ont signalé une baisse spectaculaire, d'au moins 50%, du nombre des décès.

L'Erythrée, le Rwanda et Sao Tomé-et-Principe ont obtenu ce résultat en associant la distribution de moustiquaires, la pulvérisation d'insecticide à l'intérieur des habitations et l'accès renforcé au traitement à base d'artémisinine (les ACT, pour Artemisinin Combination Therapies). « Il faut maintenant étendre ces bons résultats à l'ensemble de l'Afrique et au reste du monde » a déclaré Ray Chambers, l'envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le paludisme.

En effet, l'écrasante majorité des populations africaines n'a toujours pas accès à l'arsenal de produits pour combattre le paludisme. Seuls 34% des ménages possèderaient une moustiquaire imprégnée d'insecticide, 3% des enfants infectés se verraient administrer des ACT et 18% des femmes suivraient un traitement préventif pendant la grossesse... On reste très loin d'une couverture de 80% fixée pour 2010 par l'Assemblée mondiale de l'OMS.

Les chiffres de la mortalité en baisse ne doivent pas faire oublier l'essentiel : quelque 3,3 milliards de personnes seraient exposées à un risque, soit la moitié de l'Humanité. L'Asie, le continent américain et l'Europe sont aussi concernés. La maladie, en effet, menace de plus en plus en dehors de l'Afrique, réchauffement climatique et multiplication des moyens de transport obligent.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi