Lors d’un essai clinique international, les deux premiers patients britanniques devenus aveugles suite à une rétinite pigmentaire ont reçu un implant rétinien qui restaure, très partiellement, la vision. Les résultats ne sont pas officiellement publiés mais après plus de six années de recul, les scientifiques semblent optimistes concernant l’efficacité du procédé.
Cela vous intéressera aussi

Cela fait plus de six ans que l'entreprise allemande Retina Implant teste son matériel sur l'Homme. Il s'agit d'une micropuce qu'il faut placer sous la rétine, la région de l'œilœil qui capte et transforme la lumièrelumière en images, afin de restaurer la vision chez des personnes aveugles. Une première publication, parue en novembre 2010 dans la revue Proceedings of the Royal Society B, expliquait que l'implantimplant était plus efficace lorsqu'il était placé au niveau de la maculamacula, là où l'on voit le mieux.

Depuis, la majorité des patients atteints de rétinite pigmentaire (une maladie qui détruit progressivement les cellules rétiniennes jusqu'à la cécité) qui ont été traités avec cette micropuce recouvrent très partiellement la vision, devenant capables de distinguer des contrastescontrastes nets (une assiette blanche sur une nappe noire par exemple) et de reconnaître quelques objets usuels. Le Finlandais Miikka Terho, l'un des premiers à avoir reçu l'implant, impressionne même les scientifiques en parvenant à distinguer certaines couleurscouleurs, alors qu'il est censé voir en noir et blanc.

Rétine artificielle : les patients anglais

Désormais, l'essai cliniqueessai clinique s'élargit et débarque au Royaume-Uni. Douze nouveaux non-voyants devraient en tout bénéficier de la rétine artificielle. Pour le moment, seuls deux d'entre eux ont subi l'opération, longue de huit heures, à la mi-avril. Les résultats sont déjà prometteurs.

Ce schéma explique brièvement le fonctionnement de la puce. La lumière est focalisée par la cornée et le cristallin vers la micropuce implantée juste sous la rétine. Les 1.500 électrodes transforment l'information lumineuse en signal électrique transmis jusqu'au cerveau. © Idé

Ce schéma explique brièvement le fonctionnement de la puce. La lumière est focalisée par la cornée et le cristallin vers la micropuce implantée juste sous la rétine. Les 1.500 électrodes transforment l'information lumineuse en signal électrique transmis jusqu'au cerveau. © Idé

Chris James, 51 ans, était devenu aveugle de l'œil gauche, son œil droit ne pouvant que simplement différencier l'ombre de la lumière. Dès l'activation de l'implant, il a pu mieux percevoir la lumière et distinguer les contours de certains objets. Il a aussi pu avoir un aperçu visuel de sa femme, épousée il y a sept ans alors qu'il était déjà aveugle. Pour Robin Millar, le procédé a provoqué chez lui une petite révolution : « J'ai rêvé en couleur pour la première fois depuis vingt-cinq ans, donc une partie de mon cerveaucerveau qui était jusque-là endormie s'est réveillée ! »

La vision pourrait s’améliorer avec le temps

La micropuce mesure 3 mm de côté, et se compose de 1.520 électrodesélectrodes, ou microphotodiodes, qui captent la lumière, comme le font normalement les cellules en cônescônes et en bâtonnetsbâtonnets, et la transforment en un signal électrique proportionnel à l'intensité lumineuse. L'information est transmise via le nerfnerf optique, toujours fonctionnel bien qu'il n'ait plus été réellement sollicité depuis des années, jusqu'au cerveau, qui va alors recréer une image.

Tim Jackson, chirurgien de l'œil au King’s College de Londres, impliqué dans ce travail, précise que les patients ne retrouveront pas leur vision d'antan, mais mieux percevoir leur environnement, ce qui devrait malgré tout grandement améliorer leur quotidien. Les chercheurs espèrent que l'acuité visuelleacuité visuelle s'améliorera au fur et à mesure, car le cerveau doit réapprendre à voir, et il faut laisser le temps aux processus cérébraux de se perfectionner.

Cette rétinerétine artificielle constitue un espoir pour les personnes atteintes de rétinite pigmentairerétinite pigmentaire (un Européen sur 4.000), mais aussi de dégénérescence maculairedégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), la première cause de cécité chez les personnes âgées, affectant 25 % des séniors de plus de 65 ans.