Santé

Grippe A(H7N9) : l’épidémie progresse, les réponses tardent à venir

ActualitéClassé sous :médecine , grippe A(H7N9) , grippe H7N9

-

Alors que l'épidémie de grippe A(H7N9) continue de progresser en Chine, 108 personnes ayant été touchées, de nombreuses questions restent sans réponse, malgré les efforts fournis. D'où vient ce virus ? Comment se transmet-il ? L'énigme est toujours la même...

Le virus de la grippe A(H7N9) est tout nouveau chez l'Homme : avant mars dernier, on ne l'avait jamais vu dans un être humain. Cette forme est très différente des virus H7N9 retrouvés chez les oiseaux. Il s'avère mortel dans environ 20 % des cas, mais ceci serait pour le moment une surestimation. © Cynthia Goldsmith, CDC, DP

Le mystère n'en finit pas de s'épaissir autour du virus aviaire A(H7N9) qui sévit actuellement en Chine. Le réservoir n'a toujours pas été identifié. Par conséquent, le virus reste pour l'heure impossible à maîtriser. Le bilan continue donc de s'alourdir à un rythme, faut-il le préciser, relativement modéré.

Au 23 avril 2013 (à 16 h 45), quatre nouveaux cas étaient rapportés. Ce qui porte le total à 108, dont 22 mortels, soit un taux de létalité de 20 %. La proportion apparaît difficile à interpréter. Mais selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), elle « va probablement diminuer à mesure que le nombre de mesures sérologiques va augmenter ». Quant à l'âge médian des cas, il est de 64 ans.

Actuellement, le virus A(H7N9) a été retrouvé sur des marchés dans quatre provinces chinoises limitrophes, situées à l'est du pays (Zhejiang, Anhui, Jiangsu et Shandong) et dans deux villes, Shanghai et Pékin. Pour l'heure enfin, « l'OMS ne conseille pas de dépistage particulier aux points d'entrée et ne recommande pas non plus l'application de quelconques restrictions aux déplacements ou aux échanges commerciaux ».

On a d'abord accusé les volailles d'être à l'origine de la grippe. Mais certaines sources précisent que 40 % des patients n'ont pas été en contact avec des oiseaux d'élevage. Les porcs, potentiels coupables, semblent pour l'heure mis hors de cause. Mais d'où vient ce virus A(H7N9) ? © Anna Strumillo, Fotopédia, cc by nc nd 3.0

Les oiseaux ne seraient pas les seuls vecteurs de la grippe H7N9

« Des investigations sont en cours concernant les sources et les réservoirs possibles du virus », décrit l'OMS, dans son point de situation en date du 22 avril. « Jusqu'à ce que la source de l'infection soit identifiée, on s'attend à voir apparaître d'autres cas humains porteurs de ce virus en Chine. Jusqu'à présent, il n'y a aucune preuve qu'une transmission interhumaine soit en cours. »

Le chiffre de 40 % de cas infectés qui n'aurait pas été en contact avec des volailles est avancé ici ou là. Il est notamment cité par les représentants du Groupe de travail scientifique européen sur l'influenza (Eswi) dont la prochaine réunion se déroulera le 3 mai 2013, à Bruxelles. L'OMS ne confirme pas cette proportion. « Nous ne savons pas, déclare sur son compte Twitter, Grégory Hartl, à la tête du département médias de l'agence onusienne. Il y a probablement d'autres sources d'infection que les volailles. C'est pourquoi nous ne sommes pas capables à ce stade d'arrêter la propagation. »

Sur le terrain, l'OMS poursuit ses investigations. Elle a d'ailleurs « convoqué une équipe d'experts, qui se rendra dans les zones touchées par la grippe aviaire A(H7N9) en Chine dans le but d'apporter des recommandations concernant la prévention et la lutte contre la maladie ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi