Des températures oscillant entre 35 et 37 °C dans certaines régions : les prochains jours s’annoncent particulièrement chauds en France. Personnes âgées, nourrissons, malades chroniques sont particulièrement menacés par ces températures élevées. Et le risque de coup de chaleur n'est pas à prendre à la légère.
Cela vous intéressera aussi

Même si l'on ne parle pas de canicule, et que beaucoup ont eu froid en juillet, les températures en France seront élevées dans les prochains jours et mieux vaut prendre quelques précautions. L'exposition à de fortes chaleurs constitue en effet une agression pour notre organisme. Le coup de chaleurchaleur survient lorsqu'il ne parvient pas à se refroidir. La température corporelletempérature corporelle peut alors augmenter rapidement, d'autant plus si la personne est vulnérable (nourrisson, personne âgée, malade chronique).

Une température élevée peut provoquer toutes sortes de troubles. Certains sans gravitégravité, tels que des œdèmesœdèmes des extrémités. Ils sont le plus souvent d'évolution favorable. En revanche, les crampes et autres pertes de connaissance doivent être prises au sérieux. Elles constituent les signes d'alerte d'une évolution vers des formes plus graves : l'épuisement par la chaleur et le coup de chaleur à proprement parler.

L'année 2011 a été particulièrement chaude en France comme le montre la liste mensuelle des anomalies de température. L'an dernier aussi, le mois de juillet a été frisquet mais les températures estivales sont remontées par la suite. © Idé

L'année 2011 a été particulièrement chaude en France comme le montre la liste mensuelle des anomalies de température. L'an dernier aussi, le mois de juillet a été frisquet mais les températures estivales sont remontées par la suite. © Idé

L'épuisement par la chaleur est caractérisé par de nombreux signes cliniques : sudationsudation importante, maux de tête, nausées, vomissements, vertiges, faiblesse musculaire, hypotension, tachycardietachycardie, etc.

Le coup de chaleur, lui, constitue une urgence vitale. Il est évoqué à l'apparition de signes neurologiques graves (déliredélire, convulsionsconvulsionscoma, etc.) associés à une température corporelle supérieure à 40 °C. Dans pareil cas, la mortalité varie de 10 à 80 % selon les études.

Grande chaleur : réhydrater et refroidir

En présence d'une victime hébétée voire comateuse, à la peau sèche et brûlante, qui présente des convulsions, composez un numéro d'urgence : le 15 pour le Samu, le 18 pour les pompiers ou le 112, le numéro d'urgence européen.

En attendant, votre objectif est de refroidir et de réhydrater la victime dans un endroit bien aéré. Faites-lui d'abord boire de l’eau. Pour faire diminuer sa température corporelle, déshabillez-la. Puis aspergez-la d'eau froide - mais non glacée - et recouvrez son corps de linges humides. Si vous pouvez vous procurer de la glace, enveloppez-en dans du linge (drap, serviette de bain, etc.) et répartissez ces vessiesvessies de glace improvisées sur le trajet des grosses artèresartères : au niveau du cou, des aisselles et de l'aineaine.

Un dernier mot : pour éviter les drames liés à la chaleur, hydratez-vous. Et proposez régulièrement de l'eau à vos proches, surtout s'il s'agit de personnes âgées ou de nourrissons.

Sources : ANSM, Questions/Réponses « Vous et votre traitement en cas de vague de chaleur », juillet 2012 - La revue Prescrire, juillet-août 2004, Tome 24, N° 252.