Santé

Essais cliniques : la recherche médicale a besoin de nous

ActualitéClassé sous :médecine , essai clinique , recherche médicale

« On ne peut pas se passer des essais chez l'homme » : c'est une vérité indubitable de la recherche en médecine. Pourtant les volontaires sont trop peu nombreux, particulièrement en France. Une pénurie dommageable qui a incité à lancer une grande campagne de recrutement.

La recherche médicale française manque de volontaires pour des essais cliniques. © Japolia/Fotolia

Le Centre national de Gestion des Essais de Produits de Santé (CENGEPS) lance une campagne « pour mobiliser le grand public à la question de la recherche clinique ». Au-delà de l'information, ses représentants souhaitent surtout améliorer l'image des essais cliniques auprès du public et inciter chacun à s'engager.

D'après un sondage publié dans le cadre de cette campagne, six Français sur dix estiment que les essais cliniques sont « risqués ». Au final, cette crainte conduit 54% des interrogés à ne pas « envisager de participer personnellement à un essai ».

La campagne du CENGEPS s'appuie surtout sur un nouveau portail InternetNotre-recherche-clinique.fr. Déroulement des essais étape par étape, enjeux, réglementation, indemnisations, témoignages de participants..., ce site vise surtout à lever les doutes sur le sujet. « On ne peut pas se passer des essais chez l'homme, explique Patrice Jaillon, président du CENGEPS. Certes, des essais sont réalisés sur les animaux pour connaître les effets bénéfiques et les risques toxiques mais on ne peut pas ensuite directement transposer les résultats de l'animal à l'homme. »

Des essais très surveillés

En France, le recrutement de volontaires pour des essais cliniques est encadré par la loi Huriet-Sérusclat du 20 décembre 1988. Enrichie par des textes successifs (notamment la loi du 9 août 2004), elle garantit le déroulement éthique des essais, qui sont également contrôlés en permanence par les autorités de santé. C'est ainsi que l'Agence française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) est systématiquement tenue informée « des effets indésirables graves et inattendus » pouvant être liés à un médicament expérimental. Elle peut ainsi prendre toute décision les concernant (interdiction, suspension).

A noter enfin que le ministère de la Santé a mis ligne fin 2006, un site Internet dit de référence pour la recherche biomédicale dont l'ambition était justement d'informer patients et professionnels sur la recherche clinique. Malheureusement, ce site ne semble jamais avoir décollé. Quatre ans après sa création, l'espace Particuliers est toujours en construction, tout comme le moteur de recherche. Quant à la dernière actualité, elle date du... 27 août 2006.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi