L’OMS a donné son accord pour l’utilisation du sérum expérimental ZMapp chez deux médecins libériens infectés par le virus Ébola. Ce traitement expérimental, élaboré par un laboratoire privé, avait été administré avec succès à deux patients états-uniens. La recherche dans ce domaine se poursuit.
Cela vous intéressera aussi

Avec déjà plus de 1.000 personnes décédées, l'Afrique de l'ouest connaît actuellement la plus vaste épidémieépidémie de virus Ébolavirus Ébola de son histoire. Sont touchés la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone. Ces circonstances exceptionnelles ont conduit l'OMS à donner son aval pour l'utilisation de sérums expérimentaux dont ni l'efficacité ni les effets secondaires ne sont connus... Deux médecins libériens infectés par le virus devraient bénéficier de ce traitement.

Le virus Ébola provoque une fièvre hémorragique, une maladie particulièrement virulente qui conduit à la mort dans 25 à 90 % des cas. Le virus se transmet par contact avec le sang et les liquidesliquides biologiques des personnes ou animaux infectés. Les premières épidémies ont été décrites en 1976. Il n'existe aucun traitement ni vaccinvaccin homologué pour traiter ou prévenir la maladie. Idéalement, les médecins aimeraient disposer d'un traitement soulageant les symptômessymptômes et pouvant servir de préventionprévention, pour les personnels de santé qui interviennent dans les zones où sévit le virus.

Les premières épidémies de virus Ébola ont été décrites en 1976, comme ici en République démocratique du Congo. © CDC/Dr Lyle Conrad, Wikimedia Commons, DP

Les premières épidémies de virus Ébola ont été décrites en 1976, comme ici en République démocratique du Congo. © CDC/Dr Lyle Conrad, Wikimedia Commons, DP

Un sérum expérimental qu’il faut encore étudier

C'est pourquoi un laboratoire privé basé à San Diego, Mapp Biopharmaceutical, a mis au point un cocktail d'anticorpsanticorps appelé ZMapp. Ce traitement potentiel n'a jamais été testé à grande échelle chez l’Homme. Mais récemment, deux personnes infectées par Ébola ont été rapatriées aux Etats-Unis pour recevoir ce sérumsérum expérimental auquel elles ont bien répondu, contrairement à un prêtre espagnol qui a reçu le même traitement.

On sait que le traitement ZMapp compte trois anticorps qui empêcheraient l'infection des cellules par le virus Ébola. Il n'avait été testé que sur des singes dans des expériences qui ont fait l'objet d'une publication en 2012 dans les Pnas.

Même s'il semble efficace, du moins quand il est administré peu de temps après l'infection, il reste expérimental. L'utilisation de ce traitement a donc soulevé une controverse : est-il éthiquement responsable de l'administrer à des malades sachant qu'il n'est pas homologué ? Ses effets secondaires, notamment, ne sont pas connus. Cependant, devant la gravitégravité de l'épidémie, l'OMSOMS a donc décidé qu'il valait mieux l'utiliser.

En parallèle, la recherche travaille toujours sur ce traitement : ainsi, les laboratoires du Scripps Research Institute étudient les anticorps qui pourraient combattre le virus Ébola, dont les trois anticorps présents dans le sérum ZMapp. Les laboratoires du TSRI étudient les structures de ces anticorps grâce à la microscopie électronique et à la cristallographiecristallographie aux rayons Xrayons X. Grâce à ces images, les chercheurs essaient de mieux comprendre comment ces anticorps se lient au virus Ébola et l'empêchent de fonctionner. D'après Erica Ollmann Saphire, chercheuse au TSRI, ce traitement expérimental serait l'un des meilleurs cocktails d'anticorps actuellement connus, mais il pourrait y avoir des moyens de l'améliorer...