Lancée pour trois ans, l'étude Air vise à améliorer la détection précoce du cancer du poumon chez les personnes à risque. © Philippa Willitts, Flickr, CC by nc 2.0

Santé

Dépister le cancer du poumon en traquant les cellules circulantes

ActualitéClassé sous :médecine , cancer du poumon , fumeur

Un an après la mise au point d'un test sanguin de dépistage du cancer du poumon, le CHU de Nice lance le projet Air. Cette étude sur trois ans recrute des volontaires fumeurs et anciens fumeurs afin de travailler sur la détection précoce des cancers du poumon.

La détection précoce d'un cancer permet de le traiter plus tôt. C'est pourquoi il y a un an des chercheurs niçois, menés par le professeur Paul Hofman, ont mis au point un test sanguin qui permettrait de détecter très tôt un cancer du poumon.

La semaine dernière, le CHU de Nice a lancé officiellement un nouveau projet, du nom de Air, et un site dédié : http://www.projet-air.org/. Ce projet va porter sur 600 patients, répartis sur le territoire français. Seront inclus dans l'étude des fumeurs et des anciens fumeurs de plus de 55 ans, souffrant de BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), ayant fumé au moins un paquet par jour pendant 30 ans ou deux paquets par jour pendant 15 ans.

Des cellules tumorales du cancer du poumon en culture. © Anne Weston, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Les cellules tumorales circulantes : à surveiller

Chaque année et durant trois ans, les participants subiront un test sanguin et un scanner thoracique. L'objectif du projet Air est de déterminer si la recherche de cellules tumorales dans le sang, les CTC (cellules tumorales circulantes), améliore la détection précoce des cancers du poumons. Cet objectif se décline en deux axes, explique-t-on sur le site du projet :

  • Évaluer si la présence de CTC peut aider à faire la différence entre ce qui est malin (cancer) et ce qui est bénin (autre maladies) chez les nombreuses personnes qui se voient découvrir des anomalies sur le scanner de dépistage.
  • Évaluer si la présence de CTC est un marqueur de risque qui justifierait, chez les personnes chez qui on les mettrait en évidence, une surveillance plus particulière.

Ces cellules circulantes, qui ont quitté la tumeur d'origine, vont s'implanter ailleurs et générer des métastases. La détection des CTC représente aujourd'hui une voie de recherche pour améliorer le diagnostic de cancers, pas seulement du poumon, ou pour mieux évaluer l'efficacité du traitement.

Cela vous intéressera aussi

Interview : détecter le cancer du poumon grâce à une prise de sang  Chaque année, le cancer du poumon touche entre 30.000 et 40.000 personnes en France. C’est aussi le cancer qui fait le plus de morts, en partie à cause des dépistages trop tardifs. Récemment, une équipe de chercheurs français a mis en place un système de diagnostic précoce du cancer du poumon. Futura-Sciences est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et auteur de cette étude, pour qu’il nous donne plus de détails sur sa découverte.