Si certains bronzent au soleil, d’autres rougissent. Des chercheurs britanniques ont identifié une vingtaine de régions du génome impliquées dans les coups de soleil et les cancers, rappelant ainsi que les personnes qui rosissent au soleil doivent protéger leur peau.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : le tabac responsable d’au moins 17 types de cancers Il est avéré que fumer augmente les risques de développer un cancer du poumon, mais pas seulement. Le tabac est à l’origine d’au moins seize autres cancers. Futura-Sciences a rencontré Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur les risques encourus par les fumeurs.

« Savoir si la peau d'un individu répond à l'exposition au soleilsoleil avec le bronzage ou avec des brûlures peut, au moins en partie, être déterminé par la variation dans certaines régions du génomegénome » (ou zones du patrimoine génétiquegénétique), ont résumé ces chercheurs dans un communiqué. L'étude parue mardi dans Nature Communications présente surtout un intérêt dans la recherche sur les cancerscancers. Elle montre que le patrimoine génétique qui favorise les coups de soleilcoups de soleil est aussi celui qui expose au risque de cancers.

La population étudiée, blanche et résidant au Royaume-Uni, est particulièrement touchée par ceux de la peau.

Un lien entre brûlure de la peau et cancer

À partir de données sur plus de 121.000 personnes enregistrées dans la banque de données britannique Biobank, les généticiensgénéticiens ont porté à 20 le nombre de régions du génome connues pour le risque à la fois de coups de soleil et de cancer. « Cette étude identifie de nouvelles régions génétiques qui ont probablement une pertinence quant au risque de cancer de la peau, et il faudrait que l'on enquête plus avant en utilisant des échantillons de contrôle spécifiques de cas de cancer », a expliqué à l'AFP l'un des auteurs, le généticien Mario Falchi, du King's College de Londres.

Pour le grand public, ces travaux rappellent une évidence : plus on a tendance à rougir comme une écrevisseécrevisse, plus on a intérêt à se protéger des rayons du soleil. « Les gens ont tendance à oublier que les coups de soleil sont vraiment dangereux [...] Nous espérons que le fait de savoir qu'il y a un lien génétique entre brûlures et cancer de la peaucancer de la peau pourra les encourager à avoir un mode de vie sain », sans exposition excessive, a-t-il souligné. Sans surprise, les personnes aux cheveux roux ont plus souvent les gènesgènes qui font courir le risque le plus fort de cancer de la peau.

Voir aussi

Le gène des cheveux roux augmente le risque de cancer de la peau