Santé

Cancers et ondes électromagnétiques : pas d'effet évident

ActualitéClassé sous :médecine , informatique , Centre international de Recherche sur le Cancer

L'étude sur les risques des portables concernait tout ce qui émet des ondes dans notre environnement quotidien. Il semble que Wi-Fi, radio et télévision engendrent une exposition bien plus faible que les téléphones.

Les preuves manquent pour assurer que les champs électromagnétiques favorisent la survenue de cancers. © Phovoir

Le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l'OMS à Lyon, a créé comme une sensation, en révélant que les champs électromagnétiques émis par les téléphones portables pouvaient « être cancérigènes ». Le groupe de travail mandaté par l'Organisation, pourtant, ne s'est pas penché que sur les téléphones portables. Il a également recherché d'éventuels effets néfastes liés aux microondes, aux émetteurs de radio et télévision, ou encore aux systèmes Wi-Fi. Résultat : un manque de preuves évident.

Dans leur étude sur les champs électromagnétiques de radiofréquence, les 31 scientifiques de 14 pays qui se sont réunis au siège du Circ, se sont donc bien intéressés à tous les spectres des radiofréquences. Et très logiquement aux professions qui y sont exposées. Parmi elles :

  • les personnes travaillant à proximité d'installations radar, notamment dans le domaine militaire (les mécaniciens, les chargés d'entretien...) ;
  • les travailleurs mais aussi les résidents, proches d'installations électroniques ou électriques. Celles par exemple, qui sont proches des lignes à haute tension.

Aucun résultat probant

Conclusion, selon le Dr Robert Baan, chercheur au Circ, « les preuves d'un lien éventuel entre ces expositions et la survenue de cancers sont pour le moment insuffisantes. La présence d'autres substances chimiques, comme les solvants, rendent les conclusions difficiles ».

Concernant les microondes, les ondes Wi-Fi, radio et télévision, pas davantage de réponse. Si ce n'est selon notre spécialiste, que « les expositions dues aux antennes relais sont d'un ordre de grandeur bien inférieur à celles des téléphones mobiles. Difficilement quantifiable, cette intensité peut être de 5 à 10 fois moins importante ».

En clair, l'évaluation finale qui concernait tous les spectres des radiofréquences ne s'est révélée probante que pour les téléphones portables, pour lesquels les données les plus importantes avaient été recueillies. Concernant ces derniers et dans l'attente de la publication complète de la nouvelle monographie du Circ sur le sujet, les conseils de modération qui ont été diffusés restent d'actualité : privilégier l'utilisation des kits mains-libres et l'envoi de SMS plutôt que de longues conversations ; éviter l'utilisation de téléphones portables par les enfants, dont le squelette (boîte crânienne) et le système nerveux encore immatures sont plus sensibles aux rayonnements.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi