Santé

Cancer du sein : Découverte d'un nouveau marqueur tumoral

ActualitéClassé sous :médecine , sein , cancer

A l'Institut Curie, des chercheurs du CNRS viennent de découvrir un nouveau marqueur de la prolifération cellulaire, le complexe CAF-1. La prolifération anarchique des cellules étant caractéristique des tumeurs, cette découverte constitue une avancée majeure en cancérologie. Validée comme marqueur tumoral dans le cancer du sein, le plus fréquent des cancers féminins, son utilisation pourrait s'étendre à d'autres types de tumeurs. En associant ce marqueur à d'autres indicateurs tumoraux, il sera possible de caractériser plus précisément les cellules cancéreuses, d'affiner le diagnostic et d'envisager des traitements plus ciblés.

Comparaison de deux marqueurs tumoraux La présence du complexe CAF-1 ou de Ki-67, le marqueur tumoral utilisé en routine, est visualisée en marron sur les coupes de tissus. Dans les deux cas, seuls les tissus issus de tumeurs malignes sont marqués. Des an

Le cancer est une maladie de la cellule.

Suite à l'accumulation de défauts dans leurs gènes, les cellules se multiplient continuellement, de façon anarchique et sans tenir compte de leur environnement.
Cette caractéristique des cellules tumorales, néfaste pour l'organisme, offre néanmoins un moyen de les repérer et de les éliminer.
L'action des molécules de chimiothérapie est d'ailleurs ciblée sur la prolifération cellulaire.
La compréhension des mécanismes et des acteurs cellulaires participant à la prolifération tumorale est essentielle à la progression du diagnostic et du traitement des cancers.

CAF-1 et la prolifération cellulaire

La prolifération des cellules nécessite au préalable une duplication de leur matériel génétique.
Or, à l'intérieur du noyau, l'ADN, porteur de l'information génétique, est associé à des protéines en une structure hautement organisée, la chromatine (voir encadré cicontre). Au moment de la duplication, la chromatine se réarrange pour faciliter l'accès des protéines chargées de reproduire le matériel génétique. Une fois copié, l'ADN est de nouveau assemblé en chromatine.
A l'Institut Curie, l'équipe de Geneviève Almouzni s'intéresse aux facteurs impliqués dans l'assemblage de l'ADN en chromatine et, en particulier, à l'un d'entre-eux, le complexe CAF-12.

D'une part, les chercheurs de l'Institut Curie viennent de montrer que l'expression du complexe CAF-1 est corrélée à la prolifération cellulaire : la quantité de CAF-1 diminue lorsque les cellules ont fini de se diviser et entrent dans une phase dite de « quiescence » (phase non proliférative). D'autre part, le complexe CAF-1 est exprimé de façon anormalement élevée dans des cellules tumorales par rapport aux cellules normales. Cette surabondance, reflet de la prolifération excessive caractéristique des tumeurs, fait de CAF-1 un marqueur des cellules cancéreuses.

Grâce à l'étroite collaboration entre les chercheurs et les médecins de l'Institut Curie, l'expression de CAF-1 a aussi pu être analysée dans des cellules tumorales prélevées chez des patientes atteintes d'un cancer du sein, actuellement traitées à l'Institut Curie. S'appuyant sur une comparaison avec des marqueurs utilisés en routine3, cette étude valide CAF-1 comme un nouveau marqueur tumoral dans les cancers du sein, le plus fréquent des cancers féminins.
Ce nouveau marqueur, dont le rôle dans la cellule est désormais bien défini, ouvre des perspectives intéressantes pour le diagnostic et le suivi des cancers. En effet, en l'associant à d'autres marqueurs, les cellules tumorales seront mieux caractérisées, facilitant ainsi la prise en charge des patients.

Petit quid des marqueurs tumoraux

Au-delà de leur rôle de détection, les marqueurs tumoraux apportent des renseignements sur les caractéristiques des cellules tumorales. Leur développement permettra à terme :

  • d'affiner le diagnostic,
  • de mieux prévoir la progression tumorale,
  • de suivre la réponse au traitement des cancers,
  • de prescrire des traitements plus individualisés.

    Parallèlement, les recherches se poursuivent pour déterminer la valeur pronostique du marqueur CAF-1 dans le cancer du sein et pour étendre son utilisation à d'autres types de cancers. Ces travaux ont également fait l'objet d'une demande de brevet.

Cela vous intéressera aussi