Santé

Attention aux échographies commerciales dites artistiques

ActualitéClassé sous :médecine , échographie , échographies commerciales

Face au développement de la demande d'échographies non médicales, les professionnels de santé tirent la sonnette d'alarme. Pour réaliser ces échographies commerciales, dites « artistiques », il est nécessaire d'exposer le fœtus aux ultrasons durant des périodes plus longues et sur des zones répétées. Il faut rappeler que le but premier de l'échographie est diagnostique, et que ces images 3D de bébé ne sont pas un simple souvenir sans danger...

Chaque échographie médicale est un moment d'émotion que l'on peut garder, il n'est pas nécessaire de réaliser des échographies artistiques, qui sont potentiellement dangereuses pour le fœtus. © Phovoir

Les échographies médicales pendant la grossesse ont une visée diagnostique. À l'inverse, les échographies commerciales, à but esthétique et artistique telles qu'elles sont proposées dans quelques villes françaises, présentent un risque inutile pour le fœtus. C'est ce que rappelle une nouvelle fois le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF).

« Le bon sens indique que le fœtus ne doit pas être exposé inutilement et de façon prolongée aux ultrasons », insiste le CNGOF. Or, lors d'une échographie, un faisceau ultrasonore est envoyé sur le fœtus. Lorsqu'il s'agit d'une échographie médicale, le faisceau, réglé au minimum de sa puissance, est constamment déplacé et l'exposition de chaque zone est brève. « L'imagerie est alors bénéfique pour s’assurer de la bonne santé du fœtus », souligne Jacques Lansac, président de la Commission nationale d'échographie obstétricale et fœtale du CNGOF.

À l'inverse, « dans le cas d'une échographie commerciale, il est nécessaire d'exposer en continu des parties localisées du fœtus, en particulier le visage, et donc le cerveau et les yeux, et les organes génitaux », explique Jacques Lansac. Ces prestations commerciales sont proposées dans plusieurs villes de France pour des prix allant de 60 à 140 euros. Les échographies en 3D ou en vidéo durent parfois jusqu'à 25 minutes. Elles n'ont aucune finalité médicale et ont pour unique but « de donner de belles images aux parents ».

Les échographies ont un but médical, elles doivent être réalisées uniquement pour un diagnostic. Il vaut mieux ne pas répondre à l'appel tentant des échographies commerciales. © Monkey B, Fotolia

Échographies artistiques : le fœtus est sensible aux ultrasons

Or les risques d'exposition prolongée aux ultrasons ne sont pas nuls, surtout au premier trimestre de grossesse. Les conséquences sur le fœtus dépendent de la durée, de la fréquence et de la puissance d'exposition. « Nous savons, par des études, que les ultrasons à haute dose peuvent provoquer des malformations fœtales, des défauts de la vision par exemple, chez l'animal », détaille Jacques Lansac. Il est donc recommandé de limiter cette exposition au niveau le plus faible possible.

Ces mises en garde ne sont pas nouvelles. Dès 2004 et l'apparition de ces échographies à visée artistique et commerciale, l'Académie nationale de médecine s'y était fermement opposée. En 2005, l'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé (Afssaps) avait aussi recommandé aux femmes enceintes de « ne pas exposer inutilement leur fœtus aux ultrasons ». L'Agence préconisait déjà de réserver les échographies fœtales à un usage médical. « Aujourd'hui, n'importe qui peut acheter un échographe et proposer ces prestations. Nous demandons simplement que cette pratique soit réservée aux médecins et aux sages-femmes formés », conclut Jacques Lansac.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi