Santé

Asthme, allergies : les fast-foods aggraveraient-ils les symptômes ?

ActualitéClassé sous :médecine , asthme , allergie

Une étude menée sur 500.000 enfants et adolescents suggère un lien possible entre le régime alimentaire et la sévérité des symptômes de l'asthme, de rhinites allergiques ou de l'eczéma. Seule une alimentation composée de hamburgers au moins trois fois par semaine aggraverait les troubles, quand, à l'inverse, les fruits s'avéreraient bénéfiques.

Ce travail suggère que les hamburgers, et non précisément les fast-foods, augmentent les risques d'aggravation des symptômes de l'asthme et d'autres troubles liés aux allergies. Les auteurs précisent cependant que la très grande majorité du temps, ces sandwichs sont associés à la restauration rapide. Les deux semblant liés, les fast-foods pourraient également être pointés du doigt. © ehfisher, Flickr, cc by nc sa 2.0

L'alimentation est une composante essentielle de notre bonne santé. Souvent, on associe le régime hypercalorique, à base de fast-foods et autres produits gras, à des perturbations métaboliques conduisant à l'obésité, au diabète et des maladies cardiovasculaires.

Le lien avec les troubles respiratoires et allergiques paraît en effet beaucoup moins évident. Pourtant, des recherches passées précisaient que certains aliments, notamment le lait, les œufs, les produits de la mer ou des colorants, risquaient d'aggraver les symptômes de l'asthme, des allergies ou de l'eczéma.

Une vaste étude menée par des chercheurs de différents pays, sous la houlette de scientifiques de l'université d’Auckland (Nouvelle-Zélande), s'est intéressée à l'impact du régime alimentaire sur la sévérité des troubles respiratoires et cutanés chez des jeunes. Elle suggère l'impact négatif des fast-foods et l'effet bénéfique des fruits.

Des hamburgers qui pourraient aggraver l’asthme

Les auteurs ont envoyé des questionnaires à 319.000 adolescents de 13 à 14 ans de 51 pays du monde ou aux parents de 181.000 enfants de 6 à 7 ans vivant dans 31 nations différentes. Les sujets de l'étude devaient mentionner leurs habitudes alimentaires et la fréquence de consommation hebdomadaire d'une longue liste d'aliments. En parallèle, il leur était demandé de préciser la fréquence des crises d’asthme, d’allergie ou d'eczéma mais aussi leur sévérité, à savoir d'éventuelles interférences avec la vie quotidienne ou la qualité du sommeil durant les 12 derniers mois.

L'asthme et l'eczéma peuvent apparaître pour des raisons allergiques. Les allergies se manifestent de plusieurs façons, aussi bien par des congestions nasales, des éternuements ou des réactions cutanées. © Mcfarlando, Wikimedia Commons, cc by 2.0

Seuls les hamburgers, à hauteur de trois fois par semaine, semblaient dégrader la santé de ces jeunes. Pour les adolescents, une telle alimentation est associée à une augmentation de 39 % des risques d'asthme sévère. Chez les enfants, cette probabilité s'élève de 27 %. Dans des proportions moindres, ces sandwichs aggraveraient les symptômes des rhinites allergiques et de l'eczéma.

En revanche, la consommation d'au moins trois fruits par semaine (soit beaucoup moins que les recommandations qui en préconisent cinq par jour en France) atténue les risques de 11 % pour les adolescents et de 14 % pour les enfants.

Faut-il mettre les allergiques au régime ?

Pour les auteurs, cette différence entre les deux catégories d'âge tiendrait à l'indépendance plus importante des adolescents, leur permettant d'avoir plus de contrôle sur leur alimentation, mais cela n'est encore qu'une hypothèse.

En revanche, les scientifiques insistent pour dire que ce travail n'établit qu'une association possible entre fast-food et sévérité de l'asthme, expliquant l'emploi du conditionnel. Des investigations plus poussées s'avèrent nécessaires pour confirmer le lien de cause à effet, auquel cas les conséquences seraient importantes. En règle générale, les médecins ne prescrivent aucun régime alimentaire particulier pour les patients asthmatiques. Les recommandations pourraient alors évoluer.

D'un point de vue biologique, de telles conclusions, publiées dans Thorax, sont tout à fait plausibles. Les fast-foods sont célèbres pour leurs acides gras saturés et leurs graisses trans, connues pour altérer l'immunité. À l'inverse, les fruits contiennent des vitamines et des antioxydants bénéfiques pour la santé des cellules. Reste à déterminer si cela est suffisant pour expliquer les résultats observés.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi