Santé

Alzheimer : de nouveaux facteurs génétiques identifiés

ActualitéClassé sous :médecine , Alzheimer , Maladie d'Alzheimer

Afin d'enquêter sur les origines génétiques de la maladie d'Alzheimer, des chercheurs ont réalisé une étude comparative des séquences d'ADN provenant de plus de 74.000 sujets. Leurs efforts ont été récompensés par la découverte de gènes inédits associés à cette maladie complexe.

L'ADN de chaque individu possède environ 3,4 milliards de paires de nucléotides. Trouver les mutations responsables d'Alzheimer revient en quelque sorte à trouver une aiguille dans une botte de foin. Pour accomplir cette tâche, plusieurs équipes de recherche internationales ont joint leurs efforts. © Spooky Pooka, Wellcome Images, cc by nc nd 2.0

Depuis sa description en 1906, la maladie d’Alzheimer dévoile peu à peu ses secrets. Les chercheurs sont cependant encore loin d'avoir tout compris de cette pathologie complexe et notamment de ses origines. Les spécialistes s'accordent maintenant sur le fait qu'elle est au carrefour de plusieurs facteurs incluant l'âge, la qualité de vie, l'environnement et les déterminants génétiques. On distingue deux formes de la maladie : une héréditaire précoce et une sporadique tardive, qui est de loin la plus courante puisqu'elle représente 99 % des cas.

Plusieurs études ont dévoilé les bases génétiques de la maladie d'Alzheimer. Trois gènes sont impliqués dans les formes familiales précoces : app, préséniline 1 et préséniline 2. Bien que considérées comme non héréditaires, les formes sporadiques ont également des origines génétiques. Il a par exemple été montré que différentes versions du gène apoE, codant pour l'apolipoprotéine E, augmentaient le risque de développer Alzheimer. Les personnes portant un allèle apoE4 auraient ainsi trois fois plus de probabilité de contracter la maladie que les autres. Au total, dix gènes associés à Alzheimer ont été mis en évidence jusqu'ici.

La maladie d'Alzheimer est la première maladie neurodégénérative au monde sur le plan de l'incidence. Selon les estimations, le nombre de personnes atteintes devrait exploser dans les années à venir. Une meilleure connaissance des bases génétiques de cette pathologie est donc indispensable. © Jean-Marie Huet, Flickr, cc by nc sa 2.0

Des chercheurs français de l'Inserm de Lille ont voulu aller un peu plus loin et dresser un tableau génétique plus global de la maladie. Leur travail, publié dans la revue Nature Genetics, a permis d'identifier de nouveaux gènes associés à Alzheimer.

11 nouveaux gènes d’Alzheimer

Pour cette étude, les scientifiques français se sont associés avec d'autres instituts internationaux afin de maximiser leurs chances de découvrir de nouveaux déterminants génétiques de la pathologie. Ils ont analysé le code génétique de 17.008 malades et de 37.154 personnes saines habitant en Europe ou en Amérique du Nord. En compilant les informations récoltées, ils ont pu identifier 11.632 mutations.

Dans un deuxième temps, les chercheurs ont mis ces informations en parallèle avec les résultats d'une autre étude comparative impliquant 8.572 patients et 11.312 individus sains. En combinant toutes les données récoltées et en les confrontant à des tests statistiques, ils ont pu finalement dénicher certains gènes déjà connus et 11 nouveaux gènes associés avec la maladie. Ils ont également trouvé 13 autres gènes potentiels qui sont encore à l'étude. « Nous connaissons désormais 21 gènes qui augmentent le risque d’Alzheimer », s'enthousiasme Julie Williams, une des participantes à la recherche.

En regroupant leurs efforts, les scientifiques ont réussi à percer un peu plus le mystère de la maladie d'Alzheimer. Leurs résultats ouvrent des pistes jusqu'ici inexplorées. Parmi les déterminants génétiques identifiés, certains codent par exemple pour des protéines impliquées dans l'immunité et l'inflammation : des fonctions biologiques encore non soupçonnées de jouer un rôle dans le développement de la maladie d'Alzheimer. Ces résultats permettraient de mieux évaluer les profils génétiques à risque, et rapprochent un peu plus les chercheurs d'une piste de traitement.

Cela vous intéressera aussi