Santé

Un « syndrome post-Ebola » chez les survivants de l’épidémie

ActualitéClassé sous :maladie , ebola , Afrique de l'ouest

L'OMS s'interroge sur les séquelles observées chez des personnes ayant survécu à l'épidémie récente d'Ebola en Afrique de l'Ouest. Parmi les symptômes relevés : troubles de la vision et de l'audition, maux de tête et douleurs.

Les survivants d’Ebola souffriraient de complications. L'origine des symptômes reste cependant inconnue. © USAID U.S. Agency for International Development, Flickr, CC by-nc 2.0

L'épidémie d’Ebola qui a démarré en décembre 2013 et a touché trois pays d'Afrique (Liberia, Sierra Leone et Guinée) serait désormais en déclin. Le Liberia n'a pas enregistré de nouveau cas depuis le décès du dernier patient le 27 mars 2015. D'après le dernier bilan de l'OMS, probablement sous-évalué, il y aurait eu 26.000 cas d'Ebola au cours des 16 derniers mois et 10.800 décès.

Si l'OMS (Organisation mondiale de la santé) a d'abord eu comme priorité de sauver des vies, elle s'intéresse maintenant aux effets secondaires observés chez les survivants. En effet, la plupart d'entre eux semblent touchés par des symptômes tels que : problèmes de vision, d'audition, céphalées, douleurs musculaires, thoraciques ou articulaires, fatigue extrême. Certains symptômes comme les maux de tête et la fatigue sont fréquents chez des patients qui se remettent d'infections graves mais, en l'occurrence, les troubles de la vision semblent particulièrement fréquents. De plus, les séquelles physiques handicapantes ont un impact sur le quotidien des survivants, dans leur vie familiale et professionnelle.

En octobre 2014, dans une interview publiée sur son site, l'OMS rapportait les propos de Margaret Nanyonga, responsable de la prise en charge de survivants d'Ebola à Kenema (Sierra Leone) : « Nous constatons que de nombreuses personnes ont des troubles de la vision. Certains se plaignent d'une vision brouillée, pour d'autres, la perte d'acuité visuelle est progressive. J'ai rencontré deux personnes qui sont devenues aveugles ».

L’épidémie récente d’Ebola est l’une des plus importantes depuis la découverte du virus en 1976.

L’épidémie récente d’Ebola est l’une des plus importantes depuis la découverte du virus en 1976. © EC, ECHO, Jean-Louis Mosser, Flickr, CC by-nd 2.0

La majorité des survivants souffriraient de maux

Actuellement, les données sont partielles et ne permettent pas d'appréhender le phénomène de manière précise. Les précédentes épidémies avaient laissé peu de survivants, lesquels avaient déjà rapporté des effets secondaires mais, à l'époque, il n'y avait pas eu de recherche approfondie sur les complications liées au virus.

La récente épidémie laisse des milliers de survivants qui pourraient permettre de mieux comprendre ces complications afin de trouver les moyens de traiter ces problèmes de santé. L'étude de ces survivants pourrait aussi aider les autorités sanitaires à mieux se préparer à d'autres épisodes épidémiques dans l'avenir.

L'origine des symptômes observés chez les survivants d'Ebola reste inconnue, comme l'explique Margaret Nanyonga qui émet cependant plusieurs hypothèses : « Il nous faut comprendre pourquoi ces symptômes persistent et déterminer s'ils sont provoqués par le virus, par son traitement ou encore par les mesures de désinfection ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi