Des chercheurs britanniques ont identifié un nouveau mécanisme qui participe à la calcification des artères, les rendant plus rigides. Ils montrent aussi chez le rat que la minocycline, un médicament générique utilisé dans le traitement de l'acné, empêche ce processus.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La résistance des bactéries aux antibiotiques, une menace grandissante Les antibiotiques possèdent la propriété de tuer ou de limiter la propagation des bactéries. Or, certaines ne réagissent plus aux traitements. Dans cet épisode, Patrice Courvalin explique les trois grands mécanismes du processus de résistance.

La minéralisation des tissus est un processus tout à fait normal dans l'os, mais plus problématique quand il se produit dans les artèresartères. En effet, les dépôts calciques dans les vaisseaux conduisent au durcissement des artères et gênent la circulation sanguine. Cette calcificationcalcification des artères est un facteur de risquefacteur de risque des maladies cardiovasculairesmaladies cardiovasculaires ; elle favorise l'hypertensionhypertension et les accidentsaccidents cardiovasculaires, comme les infarctus.

Ici, des chercheurs de l'université de Cambridge et du King's College de Londres se sont intéressés à une moléculemolécule qui habituellement est impliquée dans la réparation de l’ADN : le polymèrepolymère d'ADP riboseribose, appelé aussi PAR pour « poly(ADPADP ribose) ». Ce polymère est aussi présent à l'extérieur des cellules, au niveau des calcifications de l'os ainsi que des artères. PAR est fabriqué grâce aux enzymesenzymes PARP - poly(ADP-ribose) polymérasespolymérases - qui sont exprimées dans les cellules en réponse à un stress oxydatifstress oxydatif et à des dommages à l'ADNADN. Mais PAR joue-t-il un rôle dans la biominéralisationbiominéralisation des artères ?

Le saviez-vous ?

Dans les os et les artères, le collagène est le principal substrat minéralisé de la matrice extracellulaire et le phosphate de calcium apatitique représente la phase minérale dominante.

Grâce à la spectroscopie RMNRMN, les chercheurs ont compris que, lorsque les cellules sont stressées et meurent, elles libèrent des molécules PAR, qui se lient aux ions calciumcalcium. Ces gouttelettes de plus en plus grosses, associées aux ionsions calcium, vont adhérer aux molécules présentes dans la paroi des vaisseaux sanguins, ce qui leur donne de l'élasticitéélasticité. Des cristaux solidessolides se forment et rigidifient les artères.

Comme l’acné est favorisé par une bactérie, des traitements antibiotiques sont parfois prescrits. © tashatuvango, Fotolia
Comme l’acné est favorisé par une bactérie, des traitements antibiotiques sont parfois prescrits. © tashatuvango, Fotolia

PAR favorise la calcification et le durcissement des artères

La libération de molécules PAR pourrait expliquer l'existence d'un lien entre des dommages causés à l'ADN et le durcissement des artères. Dans un communiqué de l’université de Cambridge, Cathy Shanahan, professeur au King's College de Londres, a expliqué « Je pensais depuis des années que le durcissement des artères était lié aux dommages de l'ADN et que les dommages de l'ADN sont une voie activée par de nombreux agents, notamment le tabagisme et les lipideslipides. ».

Je pensais depuis des années que le durcissement des artères était lié aux dommages de l’ADN

Mais peut-on empêcher ce mécanisme de calcification initié par les molécules PAR ? Pour cela, il faudrait un inhibiteur des enzymes PARP : ainsi les molécules PAR ne seraient pas produites. La molécule idéale serait un traitement déjà existant, pour faciliter sa mise sur le marché, mais aussi de préférence simple et pas cher. Pour trouver un candidat médicament, l'équipe a travaillé avec l'entreprise Cycle Pharmaceuticals basée à Cambridge. Ils ont identifié six molécules qui inhibent les enzymes PARP, dont une qui a particulièrement retenu leur attention : la minocycline, un antibiotique prescrit pour le traitement de l’acné. In vitro et in vivo chez le rat, si les chercheurs bloquaient l'activité de l'enzyme PARP, ils empêchaient la calcification.

Les chercheurs espèrent mener un essai cliniqueessai clinique sur des patients d'ici 12 à 18 mois. Cette étude paraît dans la revue Cell Reports.