Un garçon de 6 ans a consulté un dermatologue pour une drôle d'affection cutanée. © feelartfeelant, Adobe Stock
Santé

Patient bizarre : des boutons bleu fluorescent sur le crâne d'un enfant

ActualitéClassé sous :enfant , infection , Cheveux

Cette semaine dans Patient bizarre, un enfant avec des boutons bleu fluorescent partout sur le crâne. Mais à quoi peuvent-ils bien être dus ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le stress accélère l'apparition des cheveux blancs  Aussi appelé syndrome de Marie-Antoinette, l'apparition des cheveux blancs à cause du stress est favorisée par la disparition des cellules mélanocytes souches. 

Un petit garçon de 6 ans se présente dans une clinique dermatologique avec ses parents. La scène prend place à Hangzhou en Chine. L'enfant n'arrête pas de se gratter la tête et pour cause, il présente depuis plus de trois mois un rash cutané sur le visage et sur le crâne. Les démangeaisons sont si intenses qu'il en perd ses cheveux par plaques. De prime abord, il ne semble souffrir que d'une affection de la peau comme l'eczéma ou le psoriasis.

Mais deux signes conduisent les médecins sur une autre piste. Le garçon a les ganglions lymphatiques situés juste derrière les oreilles gonflés, signe qu'il s'agit d'une infection. Mais surtout, les boutons qui parsèment son crâne brillent d'un bleu fluorescent lorsqu'on les observe sous la lumière UV. Le diagnostic ne fait aucun doute alors : le garçon présente une teigne capillaire (Tinea capitis). Reste à découvrir le micro-organisme qui en est à l'origine.

À gauche, les boutons bleus sur le cuir chevelu de l'enfant et à droite, le champignon microscopique responsable de son état. © Tingting Wang et al. NEJM

Un petit champignon dans les cheveux

Un petit échantillon de cheveux plongé dans l'hydroxyde de potassium permettra de dévoiler le coupable. L'échantillon est passé sous un microscope optique et les médecins observent des petits organismes bleus, segmentés en forme de vers. Il ne s'agit pas d'une bactérie ou d'un parasite mais de l'hyphe d'un champignon microscopique de la famille des dermaphytes : Microsporum canis. L'espèce est confirmée par des tests de biologie moléculaire.

Comme son nom le suggère, Microsporum canis infecte les chiens, mais aussi les chats et d'autres animaux domestiques. Le champignon est responsable de 90 % des cas de teigne contractés par nos compagnons à quatre pattes. Les animaux contaminent les humains, et plus particulièrement les enfants de moins de 12 ans, par contact direct ou via des poils porteurs du champignon. M. canis s'attaque à la kératine qui forme les cheveux, provoquant ainsi une alopécie parfois irréversible. L'inflammation locale qu'il provoque agresse l'épiderme qui desquame. 

Le jeune patient a donc été infecté par un animal contaminé, mais sa famille ne possède aucun animal de compagnie. En revanche, il aurait pu être en contact avec un chien lors d'un séjour à la campagne fait quelque mois plus tôt et qui coïncide avec l'apparition des premiers symptômes. Les dermatophytoses se soignent avec des molécules antifongiques - ici de la terbinafine par voie orale et en crème topique - qui empêchent la synthèse du principal constituant de la membrane plasmique du champignon, indispensable à sa survie. Tout est bien qui finit bien pour le jeune patient puisque six semaines de traitement lui ont permis de se débarrasser de l'infection et qu'il n'a pas fait de rechute. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !