Dans le cerveau des souris, la peur se traduit par un changement dans la structure de l'ADN. © Kristy Pageter, Adobe Stock

Santé

La peur modifie l’ADN dans le cerveau des souris

ActualitéClassé sous :Émotions , ADN , peur

Des chercheurs australiens ont observé que lorsqu'un souvenir effrayant s'inscrit dans la mémoire des souris, la structure en double hélice de l'ADN s'altère. Heureusement, une enzyme permet à l'ADN de retrouver son état normal.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 1/5 : les secrets de l'ADN  L’ADN est porteuse de l’information génétique. Chaque cellule possède un noyau constitué de chromosomes contenant de l’ADN. Nous avons interviewé Jean-Louis Serre, professeur de génétique, pour qu’il nous parle plus en détail de cette molécule contenue dans tout organisme vivant. 

La peur est probablement l'une des émotions les plus anciennes chez les animaux. C'est un mécanisme de survie indispensable. Mais une fois l'évènement de peur passé, le cerveau doit retourner à la normale et se libérer de cette émotion.

Des chercheurs australiens de l'université du Queensland ont étudié les modifications de l'ADN dans le cerveau des souris lorsqu'elles construisent des souvenirs de peur. Dans leurs travaux publiés dans Nature Neuroscience, l'équipe australienne a montré que l'ADN du cortex préfrontal prend alors une structure inhabituelle.

La structure Z de l’ADN

L'ADN, la molécule qui porte les gènes, est constitué de deux brins qui s'enroulent l'un autour de l'autre pour former une double hélice d'environ deux nanomètres de diamètre. Il existe sous trois formes structurelles différentes : l'ADN-A, l'ADN-B et l'ADN-Z. L'ADN-B est la forme la plus courante : la double hélice tourne dans le sens horaire.

Or, dans l'expérience sur la peur menée chez les souris, les scientifiques australiens ont observé une forme moins courante de l'ADN dans le cortex préfrontal des rongeurs : l'ADN-Z. Celle-ci est un peu le miroir déformé de l'ADN-B. La double hélice de l'ADN-Z tourne dans le sens antihoraire, mais elle est aussi plus allongée, puisqu'on compte 12 paires de base par tour d'hélice sur l'ADN Z contre 10,5 pour l'ADN-B. Ainsi, quand la souris accumule des souvenirs de peur, la quantité d'ADN-Z augmente. Que se passe-t-il alors quand les scientifiques « éteignent » ces souvenirs ?

De gauche à droite, les structures de l'ADN-A, B, et Z. © Domaine public

Un retour à la normale

Ils ont étudié le rôle d'une enzyme, Adar1, connue pour éditer l'ARN. Cette dernière va se fixer à l'ADN-Z et lui faire rependre sa structure normale, l'ADN-B.

Comme dans beaucoup d'expériences, les chercheurs ont inhibé l'action (on parle de K.O) d'Adar1 pour mieux appréhender son rôle. Lorsque Adar1 n'agit plus, les souris sont toujours capables de construire des souvenirs de peur mais elles sont incapables de s'en débarrasser.

La création des souvenirs de peur et leur disparition se feraient d'autant plus rapidement que le cerveau est plastique et flexible, puisque le passage de la forme Z à la forme B serait facilité. La peur est une émotion indispensable mais quand elle est trop présente, elle peut aussi devenir handicapante, notamment dans le cas des syndromes de stress post-traumatiques ou des phobies.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !