Vous vous êtes décidé à entreprendre une intervention de chirurgie esthétique. Enfin… presque « décidé »… Bien qu'ayant lu moult informations piochées ci et là, il reste des interrogations et surtout quelques inquiétudes, lesquelles vous font encore hésiter à sauter le pas. Le docteur Mitz vous propose de faire le tour de la question et prodigue ses conseils préparatoires avant toute opération.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un robot pourrait-il remplacer un chirurgien ? Les robots chirurgiens se développent, se perfectionnent et sont de plus en plus présents dans les salles d’opération aux côtés des chirurgiens. Mais remplaceront-ils un jour complètement les praticiens ?

Tous les conseils énumérés ici sont précieux et participent du bon sens, mais parfois oubliés. Ma pratique étendue et actuelle de la chirurgie plastique reconstructrice et esthétique conduit à privilégier quelques conseils pour affronter une éventuelle opération de chirurgie en toute sérénité :

Diminuez la consommation exagérée de sucre, de chocolat et d'alcool qui, transformés en glucose dans le sang, favorisent les infections post-opératoires. Il faut d'ailleurs continuer ce régime une semaine après l'opération. Néanmoins, trois fruits par jour sont possibles à ingérer. La contre-indication habituellement exprimée concernant l'usage du tabac est à la fois pertinente (car le tabac est un réel poison pour vos tissus, notamment, il fracture les fibres élastiques du derme) mais peut-être un peu exagérée en ce qui concerne des opérations chirurgicales comportant peu de décollements sous la peau. Le décollement sous-cutané potentialise énormément les effets nocifs du tabac, en diminuant la vascularisation de surface, en exposant ainsi au risque de nécrose.

  • Repérez la clinique où vous allez être opéré pour ne pas stresser pendant le voyage quand vous vous rendrez sur place pour la date fatidique. Dans certains cas favorables, vous aurez une consultation opératoire en présentiel avec l'anesthésiste, ce qui vous permettra de vous familiariser avec le trajet idéal pour vous rendre à la clinique, et diminuera le stress normal avant l'intervention.
  • Vérifiez que vous avez emporté avec vous votre pièce d'identité, votre carte vitale, des moyens de paiement suffisants. Rien n'est plus agaçant que de manquer de l’un de ces éléments devant une secrétaire débordée et agacée.
  • L'anesthésiste vous aura expliqué qu’il a besoin de six heures de jeûne absolu avant de vous endormir en sécurité, tout résidu gastrique alimentaire risque de poser un problème. Respectez donc scrupuleusement ces consignes, et évitez de boire de l'eau avant l'opération.
  • Assurez-vous que quelqu'un viendra vous chercher après l'opération, il est dangereux de repartir seul même par les moyens de transport public ou en taxi. En effet, un malaise post-opératoire peut toujours survenir inopinément ; en ce cas, il vaut mieux ne pas être tout seul…
  • Vous pouvez annuler votre opération jusqu'au dernier moment si vous ne vous sentez pas apte à la subir. Mais, alors il faut prévenir l'établissement et le secrétariat du chirurgien ou le chirurgien lui-même directement. Il est toutefois normal d'éprouver une certaine angoisse avant d'être opéré, mais il faut éviter de paniquer et ne pas compromettre vos chances d'être opéré dans d'excellentes conditions prévues longtemps à l'avance.
Sculpter ses abdominaux. © Puhhha, Adobe stock 
Sculpter ses abdominaux. © Puhhha, Adobe stock 

 Après l'opération, quelques conseils pour éviter des soucis inutiles

  • Évitez de vous mettre brutalement debout surtout si vous avez subi une liposuccion ou une opération de type plastie abdominale : en effet, le lever brutal peut déclencher un malaise vagal. Il faut alors vous recoucher, et soulever les pieds pour que le sang remonte au cerveau.
  • Dans la grande majorité des cas, le fait de se lever et de marcher après l'opération est extrêmement important pour éviter les phlébites, voire une embolie mortelle. C'est pour cette raison que la prescription d’anticoagulants pendant 14 jours après l'opération est indispensable, surtout si vous avez des problèmes pour déambuler et faire fonctionner les muscles des mollets qui font remonter le sang en évitant qu'il ne stagne.
  • Un traitement antidouleur est en général administré dans l'établissement de soins, car il est prescrit par l'anesthésiste à la clinique, mais si vous avez des douleurs de retour chez vous, essayez d'abord de prendre des antalgiques banaux de type paracétamol. Si les douleurs sont lancinantes au niveau des cicatrices, de la fièvre apparaît ou si un saignement ou une rougeur anormale sont apparus, prévenez le chirurgien responsable afin qu'il vous revoie rapidement à la recherche d'une complication locale.

Voir aussi

Chirurgie esthétique : comment soigner les douleurs postopératoires ?

  • Évitez de toucher aux pansements, sauf indication expresse de votre chirurgien. Personnellement, je mets des pansements très aérés, ils peuvent être changés une ou 2 fois par semaine, plus souvent s’ils sont souillés.
  • Évitez la douche ou le bain au niveau des plaies opératoires afin d'éviter que l'eau du robinet ne coule à l'intérieur de la plaie, ce qui est un risque de contamination dangereuse. Une plaie est en général étanche entre 5 et 7 jours après l'opération.
  • Les massages locaux vont avoir un certain intérêt, mais il faut demander à votre chirurgien quand vous pourrez les commencer, car toutes les opérations ne sont pas soumises aux mêmes règles post-opératoires en ce domaine.
  • La reprise des activités sportives va dépendre si des muscles ont été touchés par l'opération ou non. Par exemple, une opération de type réparation de diastasis abdominal où les muscles grands droits sont resuturés implique six semaines de repos post-opératoire avant de reprendre les exercices de gymnastique très utiles.
  • Toute anomalie de cicatrisation ou d’inquiétude post-opératoire doit être signalée à votre chirurgien qui est censé en général vous revoir après une semaine d'évolution. Un aspect asymétrique du résultat est souvent noté, notamment en matière de chirurgie des seins ou des paupières, ne vous inquiétez pas trop à ce sujet, car la différence gauche-droite existe toujours avant l'opération. Si vous trouvez que cette asymétrie est particulièrement importante ou exagérée, n'hésitez pas à en parler à votre chirurgien.
  • Certaines opérations entraînent des hématomes ou des déformations avec œdèmes. Il n'y a pas de traitement magique pour les faire disparaître rapidement, sauf des traitements anti-inflammatoires qui peuvent perturber le tractus digestif. Il faut donc en user avec parcimonie.
  • Un sentiment de dépression post-opératoire peut survenir qui peut miner le moral. Dans ce cas, il faut vous rapprocher de l'équipe chirurgicale, car c'est dans le dialogue plus que dans la récrimination que vous trouverez une issue à votre angoisse.

En conclusion, une opération chirurgicale est toujours un événement majeur. Le fait de préparer l'opération, d'anticiper les complications potentielles et de garder une proximité avec son chirurgien est fondamental pour la réussite du geste chirurgical. C'est pourquoi les opérations qui sont faites à l'étranger, avec la difficulté que cela représente de revoir le chirurgien, me paraissent à prohiber absolument.